•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Extrait de Peau de chagrin, de Sébastien Filiatrault

L'auteur Sébastien Filiatrault

L'auteur Sébastien Filiatrault

Photo : Félix St-Jacques

Radio-Canada

Originaire de Saint-Eustache, Sébastien Filiatrault vit à Montréal. Il fait partie des 20 auteurs en lice pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2016.

Sa nouvelle inédite Peau de chagrin a retenu l'attention de nos lecteurs. En voici les premières lignes :

Peau de chagrin : chose qui s'amenuise, qui ne cesse de diminuer.

Elle n'existe pas. Elle est bien là, en chair et en os, se démenant sur la banquette arrière, mais elle n'existe pas. On sent son haleine putride, souffle éthéré d'alcool fermenté, on sent aussi derrière l'alcool des vapeurs chimiques comme l'expiration continue échappée d'une grande cheminée d'usine. Ou bien d'une mine. On la voit, elle est là, on peut même la toucher, mais elle n'existe pas. Elle a plus de dix mille ans, elle est là depuis toujours, bien avant l'Amérique, mais elle a cessé d'exister en cours de route. Elle est là, sans exister, carcasse nettoyée par les buses, vidée de l'intérieur, éviscérée comme un cerf, le regard noir perdu dans le vide des ténèbres. Canoë d'écorce vacant, sans pagayeurs, qui dérive sur la Yamaska, l'Outaouais, la Harricana, la Maskinongé, la Mistassini, le Saguenay. Tous ces noms qu'elle porte en son sein, vidés de leur sens, arrachés de leur origine, dénaturalisés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts