•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6,7 millions de dollars pour la remise à niveau du port de Cacouna

Le Port de Gros Cacouna pourrait accueillir des cargos ou manutentionner des marchandises que le Port de Québec peine à actuellement à recevoir dans ses installations. 

Des discussions ont cours actuellement entre les deux administrations, mais l'enthousiasme face au projet semble différent d’une ville à l’autre. 

Les discussions ont débuté à l’automne 2012, dans la plus grande discrétion. Et à pour la première sortie publique, à 200 kilomètres de distance, le discours n'est pas parfaitement harmonieux.

« Les gens de Québec sont débarqués. Ils ont fait le tour et ils ont dit : on est prêt à faire une offre », a déclaré le président de la Commission régionale du port de Gros-Cacouna, Gilles D’Amour. « On discute simplement avec eux pour voir si une forme de collaboration est possible. C'est très préliminaire », affirme pour sa part le président-directeur général du Port de Québec, Mari

Port de Gros Cacouna

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans le cadre de l'initiative fédérale liée aux infrastructures, le budget de 2016 propose un investissement de 6,7 millions de dollars afin de mettre à niveau le port de Gros-Cacouna. Une nouvelle bien accueillie par la Corporation du port de mer et par le député-ministre de la circonscription, Jean D'Amour.

Un texte de Guillaume BouillonTwitterCourriel

Le port de Cacouna a été condamné pour son mauvais état et Ottawa, qui en est le propriétaire exploitant, entend favoriser des réseaux de transports sûrs et efficaces en leur accordant une partie de son enveloppe budgétaire.

La nouvelle est bien accueillie par le président du port de mer de Cacouna, Gilles D'Amours, qui ne connaît pas les détails de ce qui sera payé exactement, mais entend parler avec les fonctionnaires de Transports Canada d'ici quelques jours pour en savoir davantage.

De son côté, le ministre délégué aux Affaires maritimes et responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour, affirme que c'est un investissement important et qu'au-delà de l'argent, c'est un signal que lance Ottawa.

« Le gouvernement fédéral est à l'écoute de notre intention de vouloir créer des zones industrialo-portuaires. Gros-Cacouna était pour nous une priorité importante et on avait besoin d'investissements. Ce qui nous donnera l'occasion d'élaborer sur ce qui sera réalisé techniquement et d'en dire plus long sur ce qui sera fait de notre côté par la suite », mentionne monsieur D'Amour.

Et quand on lui demande si cet investissement est suffisant pour que le gouvernement du Québec se porte acquéreur du port de Cacouna, Jean D'Amour répond qu'il est encore trop tôt pour envisager cette éventualité.

« La question des propriétés n'est pas importante. Il faut développer nos ports et si le gouvernement fédéral investit à Cacouna, c'est de l'argent que Québec n'a pas besoin de mettre. C'est sa responsabilité, il le fait et j'en suis très heureux. Il y a une enveloppe importante qui est là, en terme d'infrastructures, et j'aurai l'occasion de rencontrer le ministre Garneau et on discutera ensemble de ces enjeux-là », conclut Jean D'Amour.

D'après les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec