•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bakary Soumaré atteint d'autisme

Bakari Soumare
Bakari Soumare Photo: Société Radio-Canada

L'ancien défenseur de l'Impact a brisé le silence de sa récente retraite pour révéler un secret bien gardé. Il souffre d'un trouble du spectre de l'autisme (TSA) et souhaite consacrer son après-carrière à ceux qui ont un diagnostic semblable.

Le Malien de 30 ans, qui a quitté l'Impact dans la tourmente en juillet 2015, est atteint d'un léger autisme de haut niveau, explique-t-il sur sa page Facebook.

Ce trouble a causé chez lui dépression, anxiété, obsessions et difficultés dans ses interactions sociales. Malgré cela, il a pu bâtir des amitiés durables et précieuses avec l'ancien entraîneur de l'Impact Frank Klopas et le défenseur Laurent Ciman, qui l'a aidé dans des périodes difficiles.

Son trouble est aussi accompagné de grandes qualités. Son intelligence supérieure et sa mémoire exceptionnelle lui permettent notamment de parler cinq langues couramment, de lire des romans en moins de deux heures et de comprendre des contrats de dix pages en moins de deux minutes.

Soumaré était insatisfait de son temps d'utilisation à l'Impact. Il a été échangé au FC Dallas, où il a subi une commotion cérébrale qui a changé le cours de sa vie.
En décembre, un mois après avoir annoncé sa retraite, les symptômes de sa commotion avaient presque tous disparu et, avec eux, une prédisposition qui minait son existence : une retenue contre-productive.

Soumaré a toujours souhaité garder son trouble secret par crainte que le regard des autres sur lui ne change. Pour ce faire et pour amoindrir ses difficultés à interagir socialement, il dit avoir tu ses centres d'intérêt et pris des décisions en fonction des autres. Il admet même être devenu joueur de soccer professionnel pour répondre à l'enthousiasme de ses proches plutôt que par désir personnel.

Aujourd'hui, Soumaré se dit débarrassé de cette retenue et assume pleinement ses décisions, qu'elles plaisent ou non à ses proches.

Dans cette optique, il compte profiter de sa situation financière avantageuse d'ex-sportif ayant joué en MLS, en France et en Allemagne pour aider ceux qui souffrent de commotions, d'autisme ou de toute autre trouble problématique du cerveau.

« Je m'adapte aux défis que pose mon trouble tout en profitant de ses avantages pour m'engager à aider ceux qui en ont besoin », conclut-il.

Soccer

Sports