•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentats : des moyens inédits pour sécuriser l'Euro

Euro 2016

Euro 2016

Photo : AFP / VALERY HACHE

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sécurité de l'Euro 2016 atteindra un niveau sans précédent a rappelé mardi le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, quelques heures après les attentats de Bruxelles, en affirmant la volonté de la France « de résister à la terreur ».

Prévu de longue date, le comité de pilotage sur la sécurité de la compétition européenne, organisée du 10 juin au 10 juillet en France, s'est déroulé place Beauvau dans la foulée des attaques terroristes dans la capitale belge. « [Ils ]nous rappellent tragiquement le haut niveau de menace auquel nous sommes confrontés », a dit en préambule Bernard Cazeneuve.

Pour autant, ces événements ne modifieront en rien le dispositif sécuritaire prévu par l'État et l'organisateur, en l'occurrence l'UEFA, autour des stades et des lieux d'activités de l'Euro 2016. « On ne peut pas rehausser en permanence ce qui est déjà à un niveau très élevé depuis janvier 2015 », a dit M. Cazeneuve, « mais nous pouvons conforter le dispositif. »

Mardi, le ministre, le président du Club des villes hôtes, Alain Juppé, le ministre des Sports, Patrick Kanner, et le président du comité d'organisation de l'Euro, Jacques Lambert, ont ainsi validé les propositions du dernier comité de pilotage tenu après les attentats du 13 novembre.

Parmi celles-ci, les palpations systématiques à l'entrée des zones de festivités, la détection éventuelle d'objets métalliques, le recours aux services de déminage et l'installation de la vidéo surveillance dans les « fan zones », des lieux de rassemblement à l'extérieur des stades qui retransmettront tout ou partie des matchs du tournoi européen et qui pourront abriter entre 10 000 et 100 000 supporteurs dans les villes hôtes.

L'Euro aura lieu

À aucun moment mardi, comme cela été le cas après les attentats de Paris en novembre 2015, les parties prenantes n'ont songé à remettre en cause l'organisation de l'Euro. « La position qui est la nôtre est de ne pas céder au terrorisme », a rappelé Bernard Cazeneuve, « et que cette manifestation puisse avoir lieu comme la COP 21 a pu avoir lieu (quelques jours après les attentats de novembre). En revanche, il faut avoir la souplesse qui permettrait, le cas échéant, de reconsidérer nos positions sur telle ou telle "fan zone" . »

Placée sous la responsabilité des villes hôtes qui auront recours à des sociétés privées, et établie avec le préfet, la sécurisation des zones de festivités coûtera 17 millions d'euros (24,9 millions de dollars) au total, selon Alain Juppé. Le président du Club des villes hôtes, à qui l'UEFA avait promis 4,4 millions de dollars avant les événements de novembre, a demandé à l'instance européenne une rallonge de 1,5 million, demande qui sera examinée lors du prochain comité de pilotage, fin avril.

L'État financera quant à lui 80 % des systèmes de vidéosurveillance, soit 2,9 millions.

Enfin, l'UEFA, responsable de la sécurité des stades, des camps de base des équipes, des hôtels officiels et du centre des médias, s'apprête à recruter 10 000 agents privés, soit 7 % de plus que le chiffre prévu avant le 13 novembre.

« Jamais un événement d'une telle ampleur n'aura été surveillé et sécurisé à ce niveau »

Partout sur le territoire, l'État « prendra toutes ses responsabilités », a promis le ministre de l'Intérieur, et mobilisera « des policiers, des gendarmes, des sapeurs-pompiers, des secouristes, des urgentistes, dont le nombre sera communiqué quelques semaines avant la manifestation ».

Près de 2,5 millions de spectateurs sont attendus dans les stades, et 7 millions dans les zones de festivités durant le mois de compétition.

« C'est un exercice extraordinaire », a jugé Patrick Kanner. « Jamais un événement d'une telle ampleur n'aura été surveillé et sécurisé à ce niveau. C'est l'image de la France qui est en jeu, notre capacité à organiser des événements d'une telle importance avec sérieux, sang-froid et détermination. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !