•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un allié de taille pour les francophones de Terre-Neuve-et-Labrador

Philippe Grenier dresse un portrait du nouveau ministre
Radio-Canada

Terre-Neuve-et-Labrador compte à peine plus de 3000 francophones de langue maternelle, mais la petite communauté peut compter sur un nouvel allié de taille.

Le nouveau ministre provincial responsable des Affaires francophones, Perry Trimper, veut faire avancer les dossiers francophones de la province, lui qui prend son rôle très au sérieux.

M. Trimper, qui tient lui-même à s'exprimer en français, souhaite voir cette langue s'épanouir dans la province. Il est député d'une circonscription qui a vu la naissance de l'imposant projet hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador.M. Trimper est député de Lake Melville et ministre de l'Environnement de Terre-Neuve-et-Labrador.

« La population francophone et Acadienne de Terre-Neuve-et-Labrador c'est très important. C'est pas beaucoup, mais c'est encore très important », affirme M. Trimper, qui s'affiche sans réserve comme francophile.

Je veux comprendre tous les défis que la communauté fait face chaque jour et je veux continuer avec la collaboration.

Perry Trimper, ministre des Affaires francophones de Terre-Neuve-et-Labrador

Terre-Neuve-et-Labrador est la province avec le plus petit pourcentage de francophones de toutes les provinces canadiennes. Ce qui n'empêche pas le ministre de vouloir continuer la mise en oeuvre de politiques pour les services en français.

Ces politiques doivent donner une plus grande présence au français dans certains ministères clés. Il reconnaît que la langue est peu présente dans la province d'où l'importance d'augmenter les services en français.

Il dit être prêt à explorer l'immigration comme moyen pour augmenter la présence de cette langue officielle relativement peu employée dans la province.

« Je suis en train de comprendre comment on peut attirer les immigrés ici, je sais que c'est important, bien sûr », affirme-t-il.

Avec les informations de Stéfan Thériault et Philippe Grenier

Société