•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des artéfacts mis au jour à l'île de Sable

Quelques-uns des artéfacts trouvés à l'île de Sable. lors d'un relevé, l'été dernier.

Quelques-uns des artéfacts trouvés à l'île de Sable. lors d'un relevé, l'été dernier.

Photo : La Presse canadienne

La Presse canadienne

Un relevé archéologique complet mené en août dernier à l'île de Sable a permis d'en apprendre plus sur le passé de cette bande de sable isolée au large de la Nouvelle-Écosse, une réserve de parc national depuis 2013.

L'île de Sable est connue pour ses chevaux sauvages, pratiquement les seuls habitants du territoire depuis longtemps.

Mais elle a déjà été habitée par des équipes de sauvetage des nombreux marins dont les navires se sont échoués sur les fonds sablonneux autour de l'île. Il y aurait eu 350 de ces naufrages, du milieu du 19e au milieu du 20e siècle.

Les chevaux sont pratiquement les seuls habitants de l'île de Sable depuis longtemps.

Les chevaux sont pratiquement les seuls habitants de l'île de Sable depuis longtemps.

Photo : Maritime Air Charter/Debbie Brekelmans

Des habitants plus tôt qu'on le croyait

Les fouilles de l'archéologue Charles Burke, de Parcs Canada, ont toutefois permis de découvrir qu'il y avait une présence humaine dans l'île beaucoup plus tôt, à partir du milieu des années 1700 environ.

Des indices de ces premiers occupants - des chaudrons, des casseroles, des articles d'hygiène, des baignoires et des fers à cheval, par exemple - ont été découverts tout au long de l'Île, une bande étroite qui s'étend sur 42 kilomètres.

« Il y a une période de 100 ans - de 1750 à 1850 - pour laquelle nous n'avons pas de connaissances actuellement [...]. Ces nouvelles informations vont exiger plus de recherches », précise M. Burke.

Les artéfacts découverts étaient enfouis dans le sable à une certaine époque, mais les vents omniprésents dans l'île les ont mis au jour, explique-t-il.

Les vents compliquent la tâche

Cela pose un défi aux archéologues parce que normalement, ils peuvent déterminer l'âge d'artéfacts en calculant la profondeur à laquelle on les trouve dans le sol. Les vents violents polissent d'autre part les artéfacts, ce qui complique encore plus leur datation.

« La particularité à l'île de Sable, c'est que [le territoire] n'a pas été perturbé par des êtres humains, affirme Charles Burke. Le sol n'a pas été touché par de la machinerie ou des pelles. Le vent a été le seul élément perturbateur. Il a balayé toutes les strates, de sorte que l'ancien et le nouveau se côtoient. »

« C'est un aspect unique de l'île de Sable, poursuit-il, et franchement, il est difficile d'y voir clair. » Pour cette raison, des recherches plus poussées seront nécessaires, dit-il, afin d'avoir un portrait plus complet de l'histoire de ce milieu.

Le vent, omniprésent dans l'Île, a soufflé cette maison qui était encore debout dans les années 1960.

Le vent, omniprésent dans l'Île, a soufflé cette maison qui était encore debout dans les années 1960.

Photo : La Presse canadienne / La Ptresse canadienne

Le vent a aussi détruit certaines des anciennes structures de l'île. Une maison qui se trouvait près d'une station de sauvetage de l'est de l'île n'est plus qu'un amas de planches. Elle était encore debout au début des années 1960.

Mais paradoxalement, le vent peut aussi être l'allié des archéologues. Une deuxième maison de deux étages est intacte parce qu'elle a été complètement enfouie dans le sable.

« On ne peut même pas enregistrer la maison [comme artéfact] parce qu'on ne la voit plus. Elle est devenue une dune », ironise M. Burke. La maison a été repérée grâce à des photos aériennes et de la cartographie. Les archéologues n'attendent plus que l'action des vents l'expose de nouveau.

Les informations recueillies jusqu'à présent permettront à Parcs Canada de cartographier les endroits de l'île qui étaient autrefois habités et d'établir des protocoles pour mesurer l'impact des vents.

L'île de Sable est une bande étroite de terre de 42 km de long, à 300 km des côtes de la N.-É.

L'île de Sable est une bande étroite de terre de 42 km de long, à 300 km des côtes de la N.-É.

Photo : CBC/Robert Short

Acadie

Histoire