•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres réductions d'effectifs à venir chez la pétrolière Cenovus

Les installations de Cenovus à Foster Creek, près de Cold Lake.

Les installations de Cenovus à Foster Creek, près de Cold Lake.

Photo : Cenovus

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Cenovus prévoit d'autres suppressions d'effectifs dès la fin du mois de mars, selon le président de la pétrolière albertaine.

En 2015, l'entreprise qui est l'une des cinq plus grandes productrices de pétrole a mis à pied 1500 personnes.

Brian Ferguson, le président de Cenovus, affirme que les 18 derniers mois ont été les pires qu'il a vus en 35 ans pour l'industrie. Il ajoute que l'incertitude autour des projets de pipelines au pays n'aide en rien à la situation.

Brian Ferguson, président de Cenovus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Ferguson, président de Cenovus.

Photo : ICI Radio-Canada/CBC

« Notre plus grand défi est au niveau du prix du pétrole, car nous n'avons pas accès aux marchés mondiaux », explique-t-il.

L'an dernier, l'entreprise a diminué ses frais d'exploitation de 25 % dans chacun de ses départements et espère une diminution additionnelle des coûts de 10 à 15 % cette année.

Pour une taxe sur le carbone

Malgré une année difficile pour le secteur énergétique, Brian Ferguson est pour la taxe sur le carbone annoncée par l'Alberta. L'approche équitable qui vise à la fois les producteurs et les consommateurs est juste, selon lui.

L'approche équitable qui vise à la fois les producteurs et les consommateurs est juste, selon lui. 

La taxe sur le carbone doit rapporter environ 3 milliards de dollars par an. Cenovus compte profiter des montants réinvestis dans le secteur des énergies renouvelables pour développer de nouvelles technologies vertes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !