•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD propose une taxe de 2 % sur les logements vides

Des maisons près du parc Queen Elizabeth à Vancouver

Des maisons près du parc Queen Elizabeth à Vancouver

Photo : Rafferty Baker/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Afin de répondre aux prix exorbitants de l'immobilier à Vancouver, le Nouveau Parti démocratique (NPD) propose qu'une taxe de 2 % soit imposée aux logements inoccupés qui servent uniquement d'investissement.

Un projet de loi a été déposé à l'Assemblée législative ainsi qu'un autre qui propose de balayer une niche fiscale permettant aux propriétaires d'éviter une taxe de mutation immobilière.

« Les gens ne veulent pas que leurs quartiers deviennent des tirelires de riches, dit le chef du NPD, John Horgan. Ils veulent que les quartiers soient des endroits où les familles peuvent s'épanouir ».

Le gouvernement libéral au pouvoir dit examiner ces idées, mais rappelle qu'elles pourraient nuire aux résidents qui s'attendent à voir leurs logements profiter de la hausse des prix.

« Les maisons des gens sont devenues l'investissement qui les aide à partir à la retraite, affirme le ministre responsable du Logement, Rich Coleman. Vous ne pouvez pas faire baisser [aussi] la valeur d'une maison si une famille veut investir dans l'avenir de leurs enfants ou petits-enfants. »

Les projets de loi du NPD interviennent au lendemain d'une assemblée publique à Vancouver au cours de laquelle des centaines de personnes, dont le député NPD David Eby, ont discuté des prix immobiliers effrénés.

Le gouvernement, pour sa part, a promis d'examiner l'impact qu'ont les acheteurs étrangers sur le marché immobilier afin de trouver une solution qui rendrait Vancouver plus abordable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !