•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout sur le sucre : 6 questions à une nutritionniste

Sucre

Sucre

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À l'occasion du mois de la nutrition, Radio-Canada se penche tout particulièrement sur le sucre. Mangeons-nous trop de sucre? Les édulcorants sont-ils la solution? Nous avons demandé à la nutritionniste et auteure du livre Sucre – Vérités et conséquences, Catherine Lefebvre, de répondre à certaines de nos questions.


1. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que les sucres ajoutés devraient représenter moins de 10 % de l'apport énergétique quotidien. C'est bien vrai?

En fait, ce ne sont pas seulement les sucres ajoutés. L'OMS s'intéresse aux sucres libres, donc ça inclut aussi les sucres naturellement présents dans le jus de fruits, par exemple. Puisqu'il n'y a pas de fibre dans les jus, le sucre est rapidement absorbé comme dans une autre boisson sucrée.

2. Mais 10 %, ça ne semble pas beaucoup. L'OMS estime même qu'il serait préférable que les sucres libres représentent 5 % de l'apport énergétique quotidien...

Pour donner un ordre de grandeur pour les consommateurs, l'idéal, c'est de ne pas dépasser 6 cuillerées à sucre par jour, mais on peut aussi ne pas dépasser 12 cuillerées. C'est sûr que ça semble très peu. Mais si on élimine les aliments transformés, et qu'on restreint les boissons sucrées, c'est réaliste d'atteindre ces recommandations.

3. La première étape pour réduire notre consommation de sucre, c'est donc d'éliminer les boissons sucrées?

Oui, c'est sûr. C'est assez facile d'identifier les boissons sucrées : boissons gazeuses, boissons pour sportifs, lait aromatisé, jus de fruits... Du moment qu'on les retire [de notre alimentation], on voit une diminution draconienne dans notre apport en sucre. On voit les bienfaits : on a moins envie de manger sucré tout au long de la journée.

4. Peut-on manger trop de sucre?

L'avantage avec les fruits, ce sont les fibres, qui ralentissent l'absorption de sucre. C'est donc pour ça que le sucre dans les fruits frais ou congelés, c'est tout à fait correct. Et les fibres vont calmer la faim.

Si on prend le nombre d'oranges nécessaire pour avoir un petit verre de jus d'orange, et qu'on regarde la quantité de sucre, ça paraît beaucoup. Pour un petit verre de jus d'orange, il faudrait facilement cinq ou six oranges. Manger cinq ou six oranges d'un coup, c'est difficile, car c'est un gros volume, et aussi, car les fibres nous rassasient en cours de route. Je pense que d'une façon réaliste, les gens vont avoir tendance à manger leur fruit tout au long de la journée, plutôt que tout d'un coup, comme on le fait avec le jus.

5. Comment calculer le sucre ajouté?

Ce n'est pas facile de le faire, car malheureusement, l'information dans le tableau des valeurs nutritives inclut autant le sucre naturellement présent dans les aliments que le sucre ajouté. Prenons l'exemple du yogourt aux fraises, un yogourt aromatisé. Il faut prendre le yogourt nature de la compagnie X, et le yogourt aux fraises ou aromatisé, et soustraire la teneur en sucre de la version nature. Ça va ainsi représenter le lactose du sucre sur notre yogourt aromatisé, pour avoir la quantité de sucre ajouté.

C'est très compliqué, personne ne veut faire de mathématiques à l'épicerie, mais malheureusement, c'est la seule façon d'avoir la quantité de sucre ajouté pour des aliments comme le yogourt. Pour les céréales à déjeuner, c'est plus complexe, car souvent, on n'a pas la version nature, sauf peut-être le gruau.

6. Le tableau de valeurs nutritives change cette année, et les sucres ajoutés n'ont pas été pris en compte. Que cela change-t-il pour le consommateur?

La seule chose qui va changer sur la ligne sucre, c'est la colonne de droite où on a le pourcentage de la valeur quotidienne, qui est établie à 100 g. Mais encore une fois, ce sont les sucres naturellement présents et les sucres ajoutés. Donc pour le consommateur, ça ne change pas grand-chose et ça peut porter à confusion.

Par exemple, pour des pommes tranchées, qui vont être dans un emballage avec un tableau de valeurs nutritives, on va avoir l'équivalent de 12 g. Si notre valeur quotidienne est de 100 g, ça équivaut à 12 % de notre apport quotidien en sucre. Un petit verre de jus peut avoir la même quantité de sucre. Ça va avoir l'air de la même chose (12 %), alors qu'on sait que ce n'est pas métabolisé de la même façon. Le sucre dans le jus de fruits est un sucre libre et va être absorbé beaucoup plus rapidement.

Sinon, il faut repérer les sources de sucre dans la liste d'ingrédients. Le premier ingrédient est celui présent en plus grande quantité. En plus, le sucre peut revenir sous différents noms. On peut avoir du sucre, du miel, du jus de canne évaporé... Quand on repère les différentes sources, s'il arrive tôt dans la liste, c'est qu'il y a une quantité importante.

Cette entrevue est une version abrégée de notre clavardage en direct sur Facebook avec Catherine Lefebvre. Cliquez ici pour voir l'entrevue dans son intégralité. (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !