•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kathleen Wynne en faveur des sites d’injection supervisée

Site d'injection supervisée Insite

Site d'injection supervisée Insite

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que Toronto envisage d'ouvrir trois sites d'injection supervisée, la première ministre ontarienne Kathleen Wynne dit que c'est une responsabilité sociétale que de mettre en place des stratégies de réduction des méfaits.

Le médecin-hygiéniste en chef de Toronto, David McKeownAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le médecin-hygiéniste en chef de Toronto, David McKeown, recommande l'ouverture de trois centres d'injections supervisées.

Photo : Philippe de Montigny

Pour le médecin hygiéniste en chef de Toronto, ce service d'injection supervisée, qui existe déjà à Vancouver, devrait faire partie des programmes existants de la ville dans le but notamment d'éviter les surdoses mortelles.

Mme Wynne abonde dans le même sens, soutenant que de telles stratégies peuvent sauver des vies, en plus de rendre les communautés plus sécuritaires et de permettre à tous d'être des membres à part entière de la société.

Toutefois, elle ne veut pas prendre position dans le dossier de Toronto, expliquant que ce genre de décisions revenait aux villes et à leurs services de la santé publique.

Pour sa part, le maire de Toronto, John Tory, a refusé de se prononcer sur la question. Il veut attendre les résultats des consultations à venir sur le sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario