•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un certificat de common law en français offert à l’Université de la Saskatchewan

L'Université de la Saskatchewan à Saskatoon

L'Université de la Saskatchewan à Saskatoon

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À compter de l'automne 2016, les étudiants en droit de l'Université de la Saskatchewan pourront obtenir un certificat de common law en français grâce à un partenariat avec l'Université d'Ottawa. Il s'agit du premier certificat du genre, intégré au baccalauréat, pour des étudiants inscrits dans une université anglophone.

Au terme du programme, l'étudiant obtiendra le certificat de common law en français en plus de son baccalauréat.

Ce nouveau certificat élargira l'accès à des services juridiques en français dans les communautés francophones minoritaires, selon la doyenne de la section de common law de l'Université d'Ottawa, Nathalie Des Rosiers.

« Il arrive souvent que des juristes francophones ayant effectué leur J.D. [baccalauréat en droit] en anglais se sentent mal à l'aise lorsque vient le temps d'offrir des services juridiques en français s'ils n'ont pas suivi une formation spécialisée en rédaction juridique et en techniques de plaidoirie en français », fait-elle valoir dans un communiqué.

Le CCLF est intégré au programme de droit de l'Université de la Saskatchewan et ne représentera pas une charge de cours additionnelle pour les étudiants. Le certificat permet aussi de faire un échange étudiant à Ottawa, de participer à un concours de plaidoirie simulée avec des équipes dans l'ensemble du Canada, d'être jumelés à des mentors ou encore d'effectuer un stage.

Le président de l'Association des juristes d'expression française de la province se réjouit que la communauté juridique fransaskoise participe à cette initiative.  « Nous sommes enthousiastes d'aider les étudiantes et étudiants inscrits au CCLF à trouver des mentors ainsi que d'excellents stages en Saskatchewan », affirme Francis Poulin dans le communiqué.

Il ajoute que le CCLF est la première étape vers « une carrière enrichissante en droit et la possibilité de desservir une clientèle dans les deux langues officielles ».

La doyenne de la faculté de droit de l'Université de la Saskatchewan estime que les membres de la communauté francophone ont jusqu'à présent été mal desservis. Beth Bilson se dit fière de s'associer à l'Université d'Ottawa pour commencer à pallier cette lacune et accroître l'offre de services juridiques en français.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !