•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Loi sur la francophonie manitobaine meurt au feuilleton

La palais législatif du Manitoba

La palais législatif du Manitoba

Photo : Radio-Canada/Rémi Authier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Loi sur l'appui à l'essor de la francophonie manitobaine ne verra finalement pas le jour. Le projet de loi 6 est mort au feuilleton mardi avec la dissolution de la législature en prévision des élections provinciales du 19 avril.

Un texte de Samuel RancourtTwitterCourriel

Le projet de loi 6, déposé le 24 novembre 2015, prévoyait entre autres la modernisation de la définition formelle de « francophone », la mise sur pied d'un conseil consultatif des affaires francophones, ainsi que l'obligation pour les ministères et pour certaines entités publiques d'élaborer des plans stratégiques pluriannuels sur les services en français.

« Je suis déçu, je suis fâché », dit le premier ministre sortant Greg Selinger.

Il affirme que le chef du Parti progressiste-conservateur Brian Pallister a raté une occasion de « montrer qu'il a changé son attitude à la communauté franco-manitobaine. »

Le chef conservateur rétorque que gouvernement néo-démocrate avait 17 ans pour présenter un projet de loi de la sorte. Brian Pallister a d'ailleurs refusé plusieurs fois de s'engager à ce que le projet de loi 6 soit adopté.

Le Nouveau Parti démocratique s'est engagé à réintroduire le projet de loi s'il est réélu le 19 avril prochain.

Un exercice utile malgré l'échec

La présidente de la Société franco-manitobaine Jacqueline Blay demeure optimiste malgré sa déception. « Il faut continuer d'être positif, dit Mme Blay. Nous estimons que la francophonie manitobaine a sa place dans l'espace public manitobain. »

Il est dommage que M. Pallister refuse de s'engager à déposer un projet de loi similaire au projet de loi 6. La loi 6 est la suite de la politique des services en français de l'offre active qui est un héritage conservateur. Je suis perplexe.

Une citation de :Jacqueline Blay, présidente de la Société franco-manitobaine

L'analyste politique Roger Turenne croit que même si le projet n'a pas été approuvé, l'exercice a tout de même permis de faire avancer les droits des francophones au Manitoba.

Il y a six mois, personne n'imaginait qu'un tel projet pourrait voir le jour à l'Assemblée législative. C'est une marque de progrès qu'un tel projet n'ait pas suscité de controverse.

Une citation de :Roger Turenne, analyste politique

« Le projet n'a pas suscité de controverse de la part des partis de l'opposition, remarque M. Turenne. D'ailleurs, les libéraux se sont engagés à le réintroduire s'ils devaient former le gouvernement. Les médias anglophones n'ont pas réagi négativement eux non plus. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !