•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Micmacs de la Gaspésie en cour contre le projet de Chaleur Terminals

Des manifestants devant le palais de justice de Campbellton, avant le début de l'audience sur le projet de Chaleur Terminals.
Des manifestants devant le palais de justice de Campbellton, avant le début de l'audience sur le projet de Chaleur Terminals.

Les trois communautés micmaques de la Gaspésie se sont présentées devant la Cour du Banc de la Reine à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, mardi, pour tenter de faire échec au projet de transport de pétrole brut par rail vers le port de Belledune.

Le projet de Chaleur Terminals, une entreprise de l'Alberta, prévoit le transport de l'équivalent de 175 000 barils de pétrole par jour par chemin de fer jusqu'au terminal de Belledune, où le pétrole serait stocké puis expédié vers des marchés étrangers.

Le Secrétariat Mi'gmawei Mawiomi (SMM), qui représente les trois communautés micmaques de la Gaspésie, affirme que 200 wagons remplis de pétrole longeraient quotidiennement « les rivières au saumon sacrées Matapédia et Restigouche et de la baie des Chaleurs, en violation du titre aborigène, des droits ancestraux et des droits issus de traités des Mi'gmaq ».

Richard Jeannotte, l'un des avocats qui représentent les Micmacs de la Gaspésie.Richard Jeannotte, l'un des avocats qui représentent les Micmacs de la Gaspésie. Photo : Ici Radio-Canada/Étienne Dumont

Il conteste devant le tribunal néo-brunswickois l'approbation environnementale donnée au projet par le gouvernement provincial, l'an dernier.

L'un des avocats des Micmacs de la Gaspésie, Richard Jeannotte, a fait valoir devant le tribunal que le gouvernement du Nouveau-Brunswick n'avait pas respecté son obligation juridique de consulter les autochtones et qu'il n'avait pas réalisé d'étude d'impact environnemental digne de ce nom. D'ailleurs, Me Jeannotte affirme que les Micmacs n'ont jamais été consultés par le gouvernement du Nouveau-Brunswick dans cette affaire.

Ce qu'on veut, principalement, c'est que la Couronne remplisse ses obligations, donc une suspension des permis, et qu'un processus soit mis en place, convenu avec les Micmacs, pour que tous les enjeux environnementaux et tous les risques inhérents au projet soient débattus.

Richard Jeannotte, avocat des Micmacs
Des manifestants devant le palais de justice de Campbellton, avant le début de l'audience sur le projet de Chaleur Terminals.Des manifestants devant le palais de justice de Campbellton, avant le début de l'audience sur le projet de Chaleur Terminals.

Des manifestants se sont réunis devant le palais de justice de Campbellton, mardi matin, avant le début de l'audience. Ils représentaient les Micmacs de la Gaspésie, mais aussi des communautés micmaques du Nouveau-Brunswick venues leur signifier leur appui, ainsi que des représentants de groupes environnementaux.

Les audiences se poursuivront mercredi alors que les avocats qui représentent la compagnie Chaleur Terminals et le gouvernement du Nouveau-Brunswick présenteront leurs arguments.

Les avocats de la province n'ont pas voulu commenter mardi. La juge Lucie Lavigne rendra un jugement par écrit à une date ultérieure.

Acadie

Économie