•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des poissons hybrides dans le lac Enos

Deux sortes de poissons épinoches dans le lac Enos, en C.-B.  se sont croisés et ont donné un poisson hybride.

Deux sortes de poissons épinoches dans le lac Enos, en C.-B. se sont croisés et ont donné un poisson hybride.

Photo : Jack Wolf/Flickr

Radio-Canada

Une nouvelle espèce de poisson vit dans le lac Enos, près de Nanoose Bay, sur l'île de Vancouver, selon un chercheur de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC).

Seth Rudman, un candidat au doctorat en zoologie, dit que deux espèces d'épinoches se sont reproduites ensemble pour créer un poisson hydrique. Une espèce d'écrevisse envahissante est selon lui à l'origine de ce qu'il qualifie de « spéciation inversée ». Il ajoute que d'autres recherches montrent que ce processus s'effectue de plus en plus souvent ailleurs aussi dans le monde.

« Il y a 20 ans, les gens auraient dit que la spéciation inversée n'était pas quelque chose. Ce n'était pas sur le radar des biologistes de l'évolution », précise-t-il.

De plus en plus, aujourd'hui, il y a des cas qui surgissent et qui suggèrent que la spéciation inversée pourrait être un phénomène étendu et un gros problème pour la biodiversité.

Seth Rudman, candidat au doctorat en zoologie UBC

Le chercheur explique qu'auparavant, une espèce d'épinoche s'alimentait de jeunes insectes près des rives et l'autre surtout de plancton en eaux plus profondes. Seth Rudman dit toutefois que les écrevisses se sont mises à se faire compétition pour se nourrir près des rivages, ce qui a poussé l'épinoche à se rendre davantage vers les eaux libres. Les épinoches ont ainsi commencé à se reproduire entre elles.

Les différences génétiques entre les deux épinoches se sont amoindries, selon l'auteur. « Elles sont comme devenues un mélange », lance-t-il. Le biologiste avance aussi que cette hybridation a des effets sur l'écosystème autour du lac, comme la nouvelle épinoche s'alimente davantage de larges insectes.

Seth Rudman constate également que les cas de spéciation inversée ont souvent comme cause commune un facteur humain. « Presque tous les cas ont en commun une altération humaine de l'habitat », lâche-t-il. « Il semble que l'espèce d'écrevisse invasive a potentiellement été amenée par l'humain dans l'île de Vancouver », enchaîne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux