•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surpeuplement de l'urgence : la syndicat réclame du financement

L'urgence de l'Hôpital Horizon Santé-Nord.

L'urgence de l'Hôpital Horizon Santé-Nord.

Photo : Claude Gagnon

Radio-Canada

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) dénonce le surpeuplement à l'urgence et aux services de soin de l'Hôpital Horizon Santé-Nord de Sudbury. Le SCFP réclame un meilleur financement de la province.

L'Hôpital Horizon Santé-Nord est l'un des plus achalandés en Ontario. Près de 71 000 personnes sont admises à l'urgence chaque année. Entre octobre 2015 et février de 2016, 29 700 personnes se sont rendues à l'urgence. Il s'agit de 1000 admissions de plus que dans les années passées pour la même période. 

Le président de la section locale 1623 du Syndicat canadien de la fonction publique, qui représente entre autres les employés de soutien, Dave Shelefontiuk, déplore la situation.

« Nous avons besoin de financement supplémentaire, pour augmenter le nombre d'employés et maintenir un service convenable. »

Il explique la situation en partie en raison de la population vieillissante, un plus grand nombre de virus et le fait que les gens fréquentent plus les urgences que les cliniques externes.

Meilleure coordination

La direction de l'hôpital reconnait le problème, mais suggère plutôt une meilleure coordination des services de santé dans la communauté.

David McNeil, vice-président des services aux patients, Hôpital Horizon Santé-Nord.

David McNeil, vice-président des services aux patients, Hôpital Horizon Santé-Nord.

Photo : Claude Gagnon

Le vice-président des services aux patients et directeur des services infirmiers dit qu'un financement additionnel n'est pas nécessaire. David McNeil admet toutefois qu'il y a place à l'amélioration. « C'est le système qui doit être amélioré. Nous sommes présentement en période de transition », fait-il savoir.

Il préconise une meilleure coordination entre les pourvoyeurs de soins de santé. Il estime qu'il doit y avoir une solution à long terme qui aura un impact sur la santé des Sudburois en général.

« Ça doit être un effort collectif. Des politiciens, aux administrateurs de centres de santé, nous devons travailler ensemble. »

Il avoue qu'il faudra du temps pour implanter un système plus efficace, mais qu'il s'agit de la solution à privilégier.

Nord de l'Ontario

Santé publique