•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réalisateur Philippe Falardeau honoré par la communauté algonquine de Pikogan

Le Chef David Kistabish, ses enfants et le réalisateur Philippe Falardeau.

Le Chef David Kistabish, ses enfants et le réalisateur Philippe Falardeau.

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Philippe Falardeau a été honoré par le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni à Pikogan, en Abitibi.  La communauté souhaitait souligner la contribution du réalisateur au rayonnement des enjeux autochtones.  

En octobre 2014, l'équipe de Guibord s'en va-t-en guerre s'était installée en Abitibi pour trois semaines pour réaliser une partie du tournage. Elle s'était aussi rendue dans la communauté de Pikogan pour y faire des auditions. Plus d'une centaine de comédiens amateurs s'étaient déplacés et plusieurs comédiens et figurants ont eu un rôle.

Le Chef du Conseil de la Première Nation Abitibiwinni, David Kistabish, tenait à souligner le travail cinématographique de Philippe Falardeau et son souci d'authenticité.

On tient à souligner qu'il y a plusieurs comédiens autochtones qui sont d'origine Anishinabeg et qui sont originaires de Pikogan. L'histoire du film se déroule aussi dans le territoire ancestral Anishinabeg et il évite de tomber dans le piège de la caricature.

Le Chef du Conseil de la Première Nation Abitibiwinni, David Kistabish

Selon David Kistabish, le réalisateur est aussi honoré pour ses prises de position publiques en faveur des autochtones.

Philippe Falardeau touché

Philippe Falardeau à Pikogan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Philippe Falardeau à Pikogan.

Photo : Catherine Lord

Lors de la cérémonie, Philippe Falardeau s'est dit touché d'être ainsi honoré et a réitéré son soutien à la lutte des autochtones pour leurs droits ancestraux.  Sur les ondes de Radio-Canada Première, le réalisateur a expliqué l'importance d'être authentique. 

Je voulais m'assurer que les scènes dans lesquelles on les représentait soient jouées par des Anishinabeg de la région et j'ai fait assez de recherche pour m'assurer que ce que je leur faisais dire et faire était correct avec eux aussi.

Philippe Falardeau

Le film Guibord s'en va-t-en guerre a été présenté aux membres de la communauté de Pikogan lors d'une projection commentée.

Plusieurs dignitaires s'étaient déplacés pour la cérémonie. En plus des membres du Conseil de Pikogan, des représentants des communautés de Lac-Simon et de Kitcisakik étaient présents, ainsi que le préfet de la MRC d'Abitibi, le maire suppléant de la Ville d'Amos et la députée fédérale d'Abitibi-Témiscamingue. (Voir photo ci-dessous)

De gauche à droite : Jean-Marie Papatie, Inimiki W. Polson, Alain Hervieux, Martin Roy, Martin Roch, Bruno Kistabish, Tom Mapachee, Françoise Ruperthouse, Adrienne Anichinapéo, Philippe Falardeau, Christine Moore et David Kistabish.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : Jean-Marie Papatie, Inimiki W. Polson, Alain Hervieux, Martin Roy, Martin Roch, Bruno Kistabish, Tom Mapachee, Françoise Ruperthouse, Adrienne Anichinapéo, Philippe Falardeau, Christine Moore et David Kistabish.

Photo : Catherine Lord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !