•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jouer au sein de la Ligue de hockey junior A de l'Alberta : un choix

Les centres de soins de longues durées ont représenté un véritable enjeu durant la pandémie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La croyance populaire veut que les équipes de la Ligue junior A de l'Alberta (AJHL), comme celles des autres ligues comparables dans les autres provinces, soient remplies de joueurs qui n'ont pas le talent pour jouer au sein d'une des trois ligues de hockey de la Ligue canadienne de hockey (LCH). Même si c'est vrai pour certains, beaucoup de joueurs ont choisi de jouer au sein de la AJHL.

Un texte de Patrick HenriTwitterCourriel

Quand un joueur est repêché par une des équipes de la Ligue de hockey junior de l'Ouest (WHL), de la Ligue de hockey junior de l'Ontario (OHL) ou de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), les trois ligues formant la LCH, il ne se pose habituellement pas de questions et tente sa chance avec l'équipe qui l'a sélectionné.

Certains vont, cependant, refuser l'offre qui leur est faite et opter plutôt pour une équipe d'une ligue de niveau inférieur, comme la AJHL.

Joey Bouchard, directeur général et entraîneur-chef des Wolverines de Whitecourt, reconnaît que la qualité du jeu dans la AJHL est quelque peu inférieure à ce qu'on peut voir dans la WHL. Il croit cependant que sa formation, qui a terminé au troisième rang au classement général cette saison, serait en mesure de battre certaines équipes de la LCH.

Selon lui, la principale différence entre les joueurs de la AJHL et ceux de la WHL n'est pas le talent, mais la volonté des premiers de poursuivre des études universitaires.

Un choix difficile

C'est lorsqu'ils ont 15 ou 16 ans que les jeunes hockeyeurs doivent décider quel parcours ils emprunteront. Ils doivent décider s'ils joueront dans la LCH ou s'ils préfèrent tenter leur chance au sein de la "National Collegiate Athletic Association" (NCAA) une ligue qui regroupe les universités de partout aux États-Unis.

Quelques joueurs des Wolverines de Whitecourt dans le vestiaire de l'équipeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quelques joueurs des Wolverines de Whitecourt dans le vestiaire de l'équipe

Photo : Richard Marion ICI Radio-Canada

Le choix est important, car dès qu'un joueur a disputé un match, même un match préparatoire, au sein d'une des équipes de la LCH, il perd son admissibilité à porter les couleurs d'une université américaine et ainsi recevoir une éducation gratuite.

C'est que les dirigeants de la NCAA considèrent les ligues de la LCH comme étant des ligues professionnelles parce qu'on y retrouve des joueurs déjà repêchés par des équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH) et qui ont déjà signé un contrat professionnel.

S'ils choisissent les États-Unis, le passage au sein d'une ligue provinciale junior A peut devenir une étape avant de pouvoir jouer chez nos voisins du sud.

Quelques joueurs des Wolverines

Justin Young des Wolverines de WhitecourtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Justin Young des Wolverines de Whitecourt

Photo : Richard Marion ICI Radio-Canada

Dans la AJHL, il n'y a pas de repêchage comme c'est le cas dans la WHL. Les équipes invitent des joueurs et ceux-ci sont libres d'accepter l'offre de l'équipe de leur choix.

Justin Young est originaire de Leduc, au sud d'Edmonton. En 2012, il a été repêché par les Tigers de Medicine Hat de la WHL. Après avoir participé à un camp avec cette équipe, il a plutôt décidé d'accepter l'offre des Wolverines.

Après une saison à Whitecourt, il a reçu et accepté une offre, de l'Université de l'Alaska. C'est là, dès l'an prochain, qu'il poursuivra sa carrière de hockeyeur et ses études.

Avant même de commencer ses études universitaires, il pourrait être sélectionné par une équipe de la LNH.

Quand la centrale de recrutement de la LNH a publié sa liste préliminaire en vue du repêchage amateur de juin, le nom de Young figurait sur la liste des joueurs susceptibles d'être sélectionnés entre le quatrième et le sixième tour.

Je rêve de jouer au hockey professionnel, mais peu importe ce qui arrive, je veux terminer mes études.

Une citation de :Justin Young, attaquant, Wolverines de Whitecourt

La French connexion

Un des quatre trios des Wolverines est composé de trois joueurs originaires du Québec. Ce sont des parcours différents qui ont mené Hubert Delisle, Frédéric Létourneau et Kevin Domingue à Whitecourt.

Hubert Delisle des Wolverines de WhitecourtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hubert Delisle des Wolverines de Whitecourt

Photo : Richard Marion ICI Radio-Canada

Hubert Delisle, originaire de Saint-Marc-des-Carrières, entre Québec et Trois-Rivières, a joué dans la Ligue de hockey Midget AAA du Québec et pour un Cégep de la région de Montréal, avant de venir en Alberta pour apprendre l'anglais.

Le joueur de 20 ans a refusé de se joindre aux Saguenéens de Chicoutimi qui l'ont repêché quand il avait 16 ans. Il espère toujours recevoir une offre d'une université américaine ou canadienne pour poursuivre ses études tout en continuant de jouer au hockey.

Frédéric Létourneau des Wolverines de WhitecourtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Frédéric Létourneau des Wolverines de Whitecourt

Photo : Richard Marion ICI Radio-Canada

Frédéric Létourneau, de Boucherville, près de Montréal, a passé deux années aux États-Unis où il a étudié et joué au hockey pour l'école préparatoire Hotchkiss, dans le Connecticut. Il aurait pu se joindre à une équipe de la NCAA dès la fin de ses études secondaires, mais ne se sentait pas prêt physiquement.

Il a accepté l'offre de Joey Bouchard, plutôt que celle d'une équipe junior ontarienne. Moins d'une semaine après sa première saison avec les Wolverines, il a reçu une bourse de l'Université d'État de Bowling Green en Ohio.

Si je ne deviens pas professionnel, j'espère suivre les traces de Joey Bouchard et devenir entraîneur ou directeur général d'une équipe de hockey pour continuer à vivre ma passion.

Une citation de :Frédéric Létourneau, attaquant, Wolverines de Whitecourt
Kevin Domingue des Wolverines de WhitecourtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kevin Domingue des Wolverines de Whitecourt

Photo : Richard Marion ICI Radio-Canada

Kevin Domingue de Laval a joué 76 matchs avec le Phoenix de Sherbrooke dans la LHJMQ. Il sait qu'il ne peut pas recevoir de bourse d'une université américaine, mais espère pouvoir poursuivre ses études au Canada.

Le hockey est trop important pour lui et il sait qu'il jouera encore l'an prochain. Âgé de 20 ans, il ne peut plus jouer dans la AJHL, mais il espère que le succès qu'il a connu à Whitecourt lui ouvrira les portes pour devenir professionnel en Europe ou au sein d'une ligue professionnelle aux États-Unis.

Jouer au sein de la AJHL, un rêve

Matthew Gervais de Saint-Paul en Alberta connaît bien la Ligue de hockey junior A de l'Alberta. Quand il était plus jeune, le Franco-Albertain de 18 ans rêvait de porter les couleurs des Pontiacs de Bonnyville, l'équipe de sa région.

Le hockey c'est plus qu'un jeu, on développe des habitudes de vie qui nous serviront pour le reste de notre vie.

Une citation de :Matthew Gervais, défenseur, Wolverines de Whitecourt
Matthew Gervais des Wolverines de WhitecourtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Matthew Gervais des Wolverines de Whitecourt

Photo : Richard Marion ICI Radio-Canada

Le moins connu des trois frères Gervais (Phil a joué trois saisons dans la WHL et Daniel est un violoniste qui a remporté le Grand Master Fiddle Championship en 2011) croit que le hockey lui permet d'acquérir des aptitudes qui l'aideront à poursuivre des études en médecine.

En 2014, le gardien Joshua Dechaine de St.Albert a été invité au camp des Wheat Kings de Brandon dans la WHL. Il a disputé un match préparatoire avant d'être libéré par l'équipe.

Joshua Dechaine des Wolverines de WhitecourtAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joshua Dechaine des Wolverines de Whitecourt

Photo : Richard Marion ICI Radio-Canada

Il rêve toujours de pouvoir, un jour, jouer dans la Ligue nationale de hockey. Il sait que ce sera difficile d'y arriver sans jouer pour une équipe de la LCH ou de la NCAA, mais il ne perd pas espoir.

Il y a toujours de belles histoires de succès. Des joueurs sont passés par le junior C avant d'atteindre la LNH et j'espère qu'on jour c'est de mon histoire qu'on parlera

Une citation de :Joshua Dechaine, gardien de but, Wolverines de Whitecourt

.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !