•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux d'hiver de l'Arctique : un investissement dans les compétences des résidents de Nuuk

benevole et serveurs dans un restaurant de Nuuk
Photo: ICI Radio-Canada/Claudiane Samson
Radio-Canada

La tenue des Jeux d'hiver de l'Arctique à Nuuk permettra au Groenland et à sa capitale, Nuuk, de développer son industrie touristique, croient les organisateurs.

La tenue des Jeux a nécessité un investissement de 12 millions de dollars répartis en parts égales entre le gouvernement du Groenland, la municipalité et le secteur privé. Cet argent, selon les responsables, dépasse toutefois nettement le retour financier. Pour eux, il s'agit surtout d'un investissement humain.

L'organisation de l'événement historique au Groenland est sans précédent et se prépare depuis plus de trois ans. Pour en assurer le succès, les organisateurs ont misé sur l'acquisition de compétences pour les résidents.

un menu de restaurant spécial pour les Jeux de l'ArctiqueLes commerces se préparent depuis longtemps pour la tenue des Jeux d'hiver de l'Arctique en préparant par exemple un menu simplifié dans les restaurants. Photo : ICI Radio-Canada/Claudiane Samson

La directrice de la société hôte, Maliina Abelsen, explique que des cours d'anglais, de premiers soins ou de gestion de projets ont été offerts à ceux qui en avaient besoin parmi les quelque 1700 bénévoles. « Ce sont des compétences qu'ils pourront réutiliser dans leur emploi ensuite. [...] Tout le monde fait partie des Jeux. »

Les commerces et les restaurants ont également emboîté le pas en préparant des menus allégés, traduits en anglais dans certains cas, ou en augmentant leurs heures d'ouverture. 

Se préparer pour l'avenir

Asii Chemnitz NarupAsii Chemnitz Narup, la mairesse de la grande municipalité qui englobe Nuuk, Sermersooq, espère que la tenue des Jeux permettront aux résidents de s'ouvrir sur le monde. Photo : ICI Radio-Canada/Claudiane Samson

La mairesse de la grande municipalité de Semersooq dont fait partie la ville de Nuuk, Asii Chemnitz Narup, croit que l'investissement humain dépasse les simples compétences linguistiques ou l'expertise acquise pour organiser de grands événements. Le simple fait d'offrir de son temps est un atout pour ses concitoyens dont le bénévolat ne fait pas partie des habitudes. « Historiquement, c'est le secteur public qui offre les services. »

La tenue des Jeux apporte également, selon la mairesse, une ouverture sur le monde et un sentiment d'appartenance à la communauté de l'Arctique.

Pour moi le plus important, une fois que tout le monde sera reparti, sera de réutiliser toutes ces compétences qui ont été acquises dans l'organisation des Jeux, de façon à pouvoir accueillir à l'avenir d'autres événements majeurs.

Asii Chemnitz Narup, mairesse

La mairesse ne cache son souhait de voir les visiteurs rapporter quelques souvenirs des artisans locaux et des commerces. La municipalité n'a toutefois pas établi de prévisions sur les retombées économiques des Jeux de l'Arctique dans l'économie locale.

Impact économique incertain

clients au centre commercial de NuukLe centre commercial de Nuuk a connu une bonne fréquentation tout au long de la semaine. Photo : ICI Radio-Canada/Claudiane Samson

Les commerçants notent une augmentation incontestée de la fréquentation, mais pas encore à la hauteur de leurs attentes. Au marché des artisans tenu pour l'occasion, Benitta Pedersan n'a pas écoulé son stock de poteries, mais elle affirme ne pas dépendre financièrement de ces ventes.

Anita Hoegh possède une boutique sur la rue piétonnière de Nuuk qui propose des produits spécialisés du Groenland tels que de la laine qiviut provenant du boeuf musqué et des vêtements faits de fourrure de phoque, un produit interdit aux États-Unis.

Elle évalue à environ 25 % l'augmentation du nombre de clients, un montant toutefois qui ne se compare pas à ce qu'elle observe en saison estivale. Selon elle, l'impact des Jeux de l'Arctique sera plutôt dans l'expérience humaine. « Les gens sont vraiment ravis de rencontrer d'autres Inuits », dit-elle.

Colombie-Britannique et Yukon

Économie