•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coalition des femmes de l'Alberta lance un cri du cœur

La Coalition des femmes de l’Alberta a beaucoup de défis à relever pour rejoindre les préoccupations des femmes francophones.

La Coalition des femmes de l’Alberta a beaucoup de défis à relever pour rejoindre les préoccupations des femmes francophones.

Photo : ICI Radio-Canada/CBC

Radio-Canada

Après des années à se poser des questions sur sa survie, la Coalition des femmes de l'Alberta espère reprendre le flambeau en attirant davantage les femmes francophones de la province.

L'organisme a profité de la Journée internationale des femmes pour faire le point sur la pertinence de son existence.

Sa présidente, Gioia Sallustio, reconnaît que la coalition n'a pas été suffisamment efficace dans sa lutte pour les droits des femmes.

« On a manqué à notre tâche de vraiment rayonner, de vraiment être présente au sein de la communauté. Qu'on prenne notre place et puis qu'on s'affiche, c'est ce qu'on tente de faire . »

Gioia Sallustio, présidente de la Coalition des femmes de l'Alberta.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gioia Sallustio, présidente de la Coalition des femmes de l'Alberta.

Photo : ICI Radio-Canada/CBC

Selon Gioia Sallustio, cette absence auprès des femmes à travers la province s'explique également par le manque de personnel.

« Nos ressources sont beaucoup trop minimes. On a une employée et puis on est un organisme de niveau provincial et notre mandat et notre désir est de travailler avec les femmes en région pour les aider à se rassembler et identifier leurs besoins. »

On ne veut pas juste survivre, on veut prendre un envol.

Gioia Sallustio, présidente de la Coalition des femmes de l'Alberta

La présidente de la Coalition des femmes de l'Alberta a toutefois bon espoir, après la conférence de presse d'aujourd'hui, que l'organisme renaîtra de ses cendres. La coalition lance d'ailleurs un nouveau programme de mentorat auprès des jeunes universitaires et des femmes reconnues dans la communauté francophone. Déjà, une douzaine de jeunes sont inscrites.

Même si la coalition a peu de membres, certaines d'entre elles sont fidèles. Anne Marie Duchesneau s'y est jointe il y a un peu plus de deux ans et croit que l'organisme est toujours vivant.

« On est une minorité de femmes francophones; il faut s'entraider, dit-elle. Il y a des femmes qui viennent ici qui n'ont aucune famille. »

Pour assurer sa survie, la Coalition des femmes de l'Alberta veut diversifier ses sources de financement et ses partenariats. L'organisme fait également appel à la communauté pour identifier les besoins des Franco-Albertaines à l'aide d'un sondage en ligne.

D'après le reportage de Jacaudrey Charbonneau

Alberta

Égalité des sexes