•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femmes dans l’industrie minière : des défis persistent

Des femmes dans une mine.

Photo : ICI Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Radio-Canada

L'embauche et la rétention de femmes demeurent un défi dans l'industrie minière de la Saskatchewan, dont les besoins en main-d'œuvre sont pourtant grands. De plus, elles ne comptent que pour 14 % dans l'industrie minière, alors que les femmes représentent 47 % de la main-d'œuvre générale.

Véronique Loewen, directrice des communications chez Areva.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Véronique Loewen, directrice des Communications chez Areva.

Photo : ICI Radio-Canada/Trevor Bothorel

Dans la province, des femmes se regroupent pour tenter de donner l'exemple aux plus jeunes et d'aider celles qui ont fondé une famille à réintégrer le marché du travail, dont celui des mines.

Parmi elles, Véronique Loewen, directrice des communications à la multinationale Areva, a contribué à la fondation du groupe Women in Mining en Saskatchewan. L'organisation à but non lucratif a notamment comme objectif d'augmenter le nombre de femmes dans les métiers techniques.

On constate qu'il y a toujours beaucoup de femmes qui sont recrutées dans des métiers administratifs, mais beaucoup moins dans les métiers techniques de la mine.

Véronique Loewen, directrice des Communications, Areva

Véronique Loewen dit entendre encore des préjugés autour du travail sur le terrain.

Diana Mango est ingénieure de procédés chez Areva.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Diana Mango est ingénieure de procédés chez Areva.

Photo : ICI Radio-Canada/Trevor Bothorel

Pas un obstacle pour une ingénieure

La passion pour la technique et la physique nucléaire a amené Diana Mango vers le métier de métallurgiste. L'ingénieure de procédés travaille chez Areva, à la mine d'uranium de McLean Lake, à 800 kilomètres de Saskatoon.

Elle dit que le fait d'être une femme n'a pas été un obstacle dans sa carrière.

Être une femme comme être un homme dans une équipe technique, ça ne change rien puisque les connaissances sont là et les connaissances sont les mêmes.

Diana Mango, ingénieure de procédés, Areva

Selon les informations d'Anouk Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Emploi

Économie