•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Biopterre veut diversifier sa production de champignons

Biopterre: libérer le potentiel des plantes

Biopterre: libérer le potentiel des plantes

Photo : biopterre.com

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une économie basée sur les champignons prend forme au Kamouraska. La région mise notamment sur le mycotourisme et la recherche. Au centre de développement des bioproduits Biopterre de La Pocatière, l'avenir passe aussi par la diversification de la production. 

L'objectif pour 2016 est de dynamiser le réseau de cueilleurs pour aller chercher les champignons en forêt et de développer la culture des champignons forestiers. Une vingtaine de propriétaires de lots boisés ont déjà manifesté leur intérêt.

« On va initier la culture d’environ six espèces de champignon qui sont très peu cultivés au Québec, peu ou pas cultivés du tout au Bas-Saint-Laurent, et le but étant évidemment d’innover, de développer des nouveaux marchés et d’éviter de produire seulement du champignon comestible », explique la professionnelle de recherche et chargée de projet pour Biopterre, Pascale Malenfant.

Biopterre a été créé en 2007 dans le but de supporter les entreprises en matière d’innovation et de développement des bioproduits issus de l’agriculture et de l’agroforesterie. Le centre collégial de transfert technologique (CCTT) offre des services :

•de développement de nouveaux produits, de technologies et/ou de procédés;
•d’amélioration de produits, de technologies et/ou de procédés existants;
•d’implantation et de transfert de technologies nouvelles et/ou de nouveaux modes opérationnels;
•de veille technico-commerciale, d’homologation et de diffusion de l’information auprès des entreprises du secteur des bioproduits.

Source : Réseau collégial du Québec

Biopterre compte ainsi développer une culture qui pourrait intéresser des marchés comme les produits de santé naturelle ou celui de la coloration.

L’entreprise veut aussi améliorer les procédés utilisés pour cultiver des champignons bien connus des consommateurs comme les pleurotes et les shiitakes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec