•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Énergie Est : Citoyens du Témiscamingue invités à se prononcer

Les audiences du BAPE dans le dossier du projet d'oléoduc Énergie Est commenceront comme prévu lundi.

Les audiences du BAPE dans le dossier du projet d'oléoduc Énergie Est commenceront comme prévu lundi.

Photo : Kyle Bakx/CBC

Radio-Canada

Le projet d'oléoduc Énergie Est qui passe du côté ontarien, à l'est et au sud du Témiscamingue, est une source d'inquiétudes pour certains citoyens du Témiscamingue.

Avec les informations de Boualem HadjoutiTwitterCourriel

Denis Carrier de Notre-Dame-du-Nord a organisé plusieurs rencontres sur le projet de Transcanada. Ce citoyen veut créer un comité pour mobiliser les citoyens du Témiscamingue et les informer sur les éventuels risques environnementaux que représente l'oléoduc.

« Il passe du côté ontarien et jusqu'à date, on se disait qu'il n’y a pas de conséquences à ça, parce que jusqu'à présent, c'est du gaz naturel qui est véhiculé dans l'oléoduc. Mais si le projet Énergie Est se réalise, ça ne sera plus du gaz naturel qui va passer, mais du goudron et ça, c'est très nocif pour l'environnement, donc c'est ce produit-là qui va nous passer sous le nez au lac Témiscamingue », s'inquiète-t-il.

S'il se déverse du côté ontarien, ce n'est pas parce qu'il y a une ligne quelque part que le produit n'ira pas dans le lac [Témiscamingue] en entier.

Denis Carrier, citoyen de Notre-Dame-du-Nord

Division chez les élus

Le maire de Notre-Dame-du-Nord, Alain Flageol, abonde dans le même sens que Monsieur Carrier.  Il affirme que le projet constitue une source d'inquiétude pour lui.  D'ailleurs, le sujet sera débattu au conseil municipal prochainement.

Je ne parlerais pas au nom de la municipalité, parce qu'on ne s'est pas encore prononcé ... Mais moi, personnellement, je trouve ça inquiétant, surtout que c'est pas juste du pétrole, c'est pire que ça, c'est du pétrole bitumineux... S'il arrive un bris, ça [ne] se ramasse pas comme du pétrole, c'est beaucoup plus dommageable pour l'environnement, puis Dieu sait que s'il passe du côté ontarien [il ] y a le lac Témiscamingue, il faut y penser, on le partage nous autres aussi.

Le maire de Notre-Dame-du-Nord, Alain Flageol

Pour sa part, la mairesse de Témiscaming veut avoir plus d'informations avant de se prononcer ou de prendre position.  Le sujet devrait, à son tour, être discuté lors du prochain conseil municipal de la ville.

Mais d'ores et déjà, Nicole Rochon n'est pas opposée au projet s'il respecte l'environnement.

Si on veut du développement économique dans nos régions, il va falloir à un moment donné faire confiance aux gens responsables des différents projets, s'assurer que les projets soient acceptables au niveau environnement et puis prendre une décision avec les données que nous allons avoir.

La mairesse de Témiscaming, Nicole Rochon

De son côté, le préfet refuse de se prononcer sur un projet qui ne passe pas par le territoire de la MRC. Arnaud Warolin qui suit de près le débat entourant le projet de près affirme qu'il faut tout de même rester vigilant quant aux éventuelles modifications du tracé de l'oléoduc.

Il nous a été impossible de joindre l'entreprise TransCanada.

Les audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement sur le projet vont commencer lundi. 

Abitibi–Témiscamingue

Industrie pétrolière