•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De record en record, la gardienne Ann-Renée Desbiens connaît une saison hallucinante au Wisconsin!

Ann-Renée Desbiens

Ann-Renée Desbiens

Photo : David Stluka

Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

BILLET – Quel gardien canadien s'illustre le plus dans le monde du hockey cette saison? Oubliez Braden Holtby, Corey Crawford ou Roberto Luongo. Elle s'appelle Ann-Renée Desbiens, elle n'a que 21 ans, et elle connaît une campagne absolument phénoménale dans l'uniforme des Badgers de l'Université du Wisconsin.

Un texte de Martin LeclercTwitterCourriel

Le week-end dernier, Ann-Renée Desbiens a signé son 18e blanchissage de la campagne contre Minnesota State, une performance qui lui a permis de fracasser le record de la NCAA que détenait depuis trois ans la gardienne de l'Université du Minnesota et de l'équipe nationale finlandaise, Noora Raty.

« Ma saison se déroule super bien. Mais j'ai la chance d'avoir une excellente équipe devant moi. Et c'est certain que ça m'a rendu la vie un petit peu plus facile. Mon équipe est certainement l'une des raisons pour lesquelles j'obtiens d'aussi bons résultats cette année », dit-elle, avec modestie.

En partie grâce au brio de la gardienne originaire de La Malbaie, les Badgers de Wisconsin présentent une fiche de 32-3-1 et occupent le 2e rang du classement national, derrière les Eagles de Boston College.

Les Badgers poursuivront leurs séries éliminatoires en fin de semaine, et elles espèrent obtenir un troisième laissez-passer de suite pour le tournoi du Frozen Four, où les quatre meilleures formations de la NCAA se disputeront dans deux semaines le titre national.

« Nous nous sommes inclinées en demi-finale au cours des deux dernières saisons. Alors, il est clair que nous voulons disputer un match de plus cette saison. C'est notre objectif », indique Desbiens, qui défendait l'an dernier les couleurs de l'équipe canadienne au Championnat mondial.

***
Lorsqu'on jette un coup d'œil à ses statistiques personnelles, son taux d'efficacité de ,958 et sa moyenne de buts alloués de 0,77 sont carrément hallucinantes. Toutefois, son plus grand coup d'éclat de la saison est survenu avant les fêtes, lorsqu'elle a disputé neuf matchs de suite, soit 534 minutes et 53 secondes, sans accorder de but!

« En plus de ma propre séquence, ma partenaire a gardé les filets pendant un match durant cette période et elle a aussi signé un blanchissage. Nous en avons collé 10 de suite. C'était assez impressionnant de voir les jeux blancs s'aligner ainsi », raconte Desbiens, qui fait sa troisième année d'études en gestion et comptabilité.

« Au début de cette séquence, lors de nos cinq ou six premiers blanchissages consécutifs, ce n'était pas vraiment un sujet que nous abordions dans le vestiaire. Puis, les médias ont révélé que le record de sept blanchissages était à notre portée. Par la suite, les gens ne parlaient que de cela lorsqu'ils nous rencontraient. Quand nous avons abaissé le record, la pression a diminué et ça nous a fait du bien », dit-elle.

Grâce à son extraordinaire campagne, Ann-Renée Desbiens compte maintenant 35 blanchissages dans l'uniforme des Badgers. En plus des séries de cette année, il lui reste une autre saison d'admissibilité. Elle sera donc en mesure, l'an prochain, de s'attaquer au record de 43 blanchissages que détient Noora Raty.

***

Jeudi, Desbiens a par ailleurs été retenue parmi les trois finalistes pour l'obtention du prix Patty Kazmaier, remis annuellement à la hockeyeuse de l'année dans la NCAA. Les deux autres joueuses choisies sont les attaquantes vedettes de l'équipe nationale américaine Alex Carpenter (Boston College) et Kendall Coyne (Northeastern).

L'identité de la gagnante sera connue dans deux semaines, au moment où les quatre meilleures formations de la NCAA se disputeront le titre national au New Hampshire à l'occasion du Frozen Four.

Alors qu'elle connaît une saison de rêve, comment se fait-il que Desbiens n'ait pas été de nouveau retenue cette année pour faire partie de l'équipe canadienne qui prendra part au Championnat mondial?

« J'ai eu la chance de participer au Championnat du monde l'an dernier et ça a été une belle expérience. Cette année, je me suis présentée au camp de l'équipe nationale. Puis, au cours de l'année, les dirigeants de la formation et moi, nous sommes mis d'accord pour que je me concentre sur mes études et sur ma saison avec les Badgers. Je suis en train de postuler pour la maîtrise et j'avais beaucoup de pain sur la planche.

« J'aurai l'occasion de retourner au camp la saison prochaine et on me donnera la chance de regagner mon poste. Je rêve de participer aux prochains Jeux olympiques. C'est un rêve que je caresse depuis mon enfance. Avec l'appui de mon université, j'ai même planifié mes études en tenant compte des obligations qu'auront les membres de l'équipe nationale dans l'année qui précédera les Jeux de Pyeongchang », confie-t-elle.

Chose certaine, les statistiques colossales qu'elle amasse au Wisconsin feront en sorte qu'il sera très difficile de l'ignorer.

À toute épreuve, le blogue de Martin Leclerc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !