•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nombre record de dossiers d'insolvabilité dans la région

Peu de gens savent gérer adéquatement leurs finances personnelles.

Peu de gens savent gérer adéquatement leurs finances personnelles.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Abitibi-Témiscamingue enregistre un nombre record de dossiers d'insolvabilité en 2015, alors que 791 consommateurs ont été comptabilisés par le Bureau du Surintendant des faillites du Canada en 2015 contre 682 en 2014.

Selon ce que l'on peut lire dans le dernier rapport du Surintendant des faillites du Canada, l'augmentation du nombre de dossiers d'insolvabilité pour la région est donc de 16 % par rapport à 2014, alors qu'elle est de 5,2 % pour l'ensemble du Québec.

Des données liées à la santé de l'économie régionale

Selon l'associé et conseiller en redressement financier chez Raymond Chabot, Pierre Lacasse, cette augmentation s'explique entre autres par le caractère cyclique de l'industrie minière, à la base de l'économie de la région.

« Il y a eu beaucoup de foreurs, beaucoup d'aides-foreurs, ceux qui travaillaient sur des projets dans le nord : tout a arrêté à un certain moment donné. On parle de 2014-2015 avec une réaction  [qui se fait ressentir jusqu'en] 2015-2016 », explique-t-il.

De jeunes familles, on en a beaucoup, mais de plus en plus, on voit même des personnes plus âgées. Il y a aussi que l'endettement est beaucoup plus facile qu'avant.

Une citation de :Pierre Lacasse, associé et conseiller en redressement financier chez Raymond Chabot

Pas encore d'impact sur le marché immobilier

Cependant, l'augmentation du nombre de dossiers d'insolvabilité ne se traduit pas encore par une augmentation des saisies de maisons. Dans la région, seules neuf résidences sont en reprise de finances, explique le directeur général de la Chambre immobilière de l'Abitibi-Témiscamingue, Gilles Langlais.

« Il n'y a pas de vente de feu, il n'y a pas de panique et il n'y a pas lieu de croire que ça a augmenté, explique-t-il. On est à peu près à la même chose. L'insolvabilité, [ça ne concerne pas exclusivement] les propriétaires de maisons. »

En ce qui concerne le marché immobilier, Gilles Langlais est même très optimiste. Il souligne d'ailleurs que la vente de maisons a connu une augmentation pour le mois de janvier et février.

« [Nous avons enregistré] 21 % plus de ventes en janvier seulement, 38 % en volume, et en février, c'est encore meilleur avec 37 % d'augmentation du nombre de propriétés [vendues] avec une augmentation de volume en argent de 50 % », poursuit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !