•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les inscriptions au diplôme d'études en langue française débordent en N.-É. 

Le nombre d'élèves qui veulent leur diplôme d'études en langue française augmente.

Le nombre d'élèves qui veulent leur diplôme d'études en langue française augmente.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En Nouvelle-Écosse, de nombreux finissants de l'école secondaire veulent obtenir leur diplôme d'études en langue française. Victime de son succès, les places à l'examen, le DELF, sont limitées pour la première fois.

« Je ne sais pas si on est victimes de notre succès, mais on a un très grand nombre d'élèves », indique la directrice administrative du programme de langue française, Doreen Redmond.

La province offre le diplôme aux finissants dans un programme d'immersion, depuis 2009. L'examen, préparé par le ministère de l'Éducation de la France, atteste le niveau de langue.

Les élèves de la 12e année de l'École Citadelle High sont en colère, puisque certains se préparent à cette épreuve depuis longtemps.

« C'est très injuste ! », dit Rachele O'Brian, une élève.

La province a décidé de procéder à une loterie pour choisir au sort 520 étudiants, qui pourront passer l'examen gratuitement.

« On est limités par le nombre d'examinateurs qu'on a », précise la directrice administrative du programme de langue française.

Certains élèves sont inquiets et trouvent cette procédure injuste. S'ils ne sortent pas gagnant de cette loterie, ils risquent de ne pas être en mesure de se le payer.

« Si tu n'es pas pigé tu peux le faire avec l'Alliance, mais tu dois payer l75$. Pour les enfants qui n'ont pas assez d'argent, ils n'auront pas l'occasion de le faire », déplore Rachele O'Brian.

La province s'engage à accommoder le plus grand nombre d'élèves et à rectifier le problème pour l'année prochaine.

« On a commencé un partenariat avec l'Université Saint-Anne, donc on travaille avec eux cette année et l'année prochaine on espère qu'il vont pouvoir doubler la capacité », dit Doreen Redmond.

Les inscriptions à l'examen pour le secondaire se terminent jeudi. La province croit que cet engouement pour le DELF est un bon signe.

D'après un reportage de Stéphanie Blanchet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie