•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie et la Syrie ciblent les hôpitaux, selon Amnistie internationale

Des Syriens prennent la mesure des dégâts causés à l'hôpital de Médecins sans frontières.

Des Syriens prennent la mesure des dégâts causés à l'hôpital de Médecins sans frontières.

Photo : Getty Images / GHAITH OMRAN

Associated Press

Les forces russes et syriennes ciblent délibérément les hôpitaux dans le cadre du conflit en Syrie, accuse un rapport publié jeudi par Amnistie internationale.

Le groupe humanitaire dit disposer de « preuves irréfutables » d'au moins six attaques délibérées contre des installations médicales de la région d'Alep au cours des 12 dernières semaines. Ces attaques ont coûté la vie à au moins trois civils, dont un employé médical, en plus de faire 44 blessés. Amnistie prévient que ces attaques constituent des crimes de guerre.

La région d'Alep a été le théâtre de certains des combats les plus féroces tout juste avant l'entrée en vigueur, vendredi, d'une trêve négociée par les États-Unis et la Russie. Les forces gouvernementales, appuyées par les frappes aériennes russes, ont notamment réussi à couper un axe de ravitaillement des rebelles, depuis la Turquie.

Un autre axe de ravitaillement, plus étroit et plus dangereux, relie toujours la partie orientale d'Alep à la Turquie.

Amnistie internationale affirme que les attaques d'installations médicales visent à permettre aux forces gouvernementales de progresser vers le nord d'Alep.

Syrie : l'engrenage de la guerre

Le 25 décembre, plusieurs missiles sont tombés sur l'hôpital Bagdad de la ville de Hreitan, au nord d'Alep, faisant un mort et 30 blessés, selon ce qu'ont rapporté un médecin et un autre employé d'Amnistie internationale. L'hôpital est en ruine.

Certaines des dernières familles qui habitaient encore Hreitan ont fui au début du mois de février, quand les forces gouvernementales ont commencé à avancer vers la ville.

La Russie et le président syrien Bachar Al-Assad nient cibler des civils au cours de leurs opérations. Al-Assad a toutefois déclaré que des pertes civiles sont inévitables.

Le groupe Physicians for Human Rights a documenté 346 attaques contre des installations médicales depuis le début du conflit. Ces attaques ont fait 705 morts parmi le personnel médical. Il dit que 315 d'entre elles ont été perpétrées par les forces syriennes et russes.

Le même groupe avait accusé le régime syrien, l'an dernier, de violer systématiquement le principe de neutralité en attaquant les installations médicales. Des patients auraient été arrêtés, et des médecins, arrêtés, torturés et exécutés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International