•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chasse au phoque : Pamela Anderson demande à Justin Trudeau d'intervenir

 Canadian born actress Pamela Anderson poses for photographers during a photocall to unveil a new advertisement in aid of People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) in London, Sunday, Oct. 24, 2010, to encourage people to become vegetarian.
Canadian born actress Pamela Anderson poses for photographers during a photocall to unveil a new advertisement in aid of People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) in London, Sunday, Oct. 24, 2010, to encourage people to become vegetarian. Photo: Akira Suemori
Radio-Canada

L'actrice Pamela Anderson revient à la charge et demande au premier ministre Justin Trudeau de mettre fin aux subventions destinées à la chasse au phoque.

La chasse n'a pas encore débuté au large de Terre-Neuve, mais le groupe Pour une éthique dans le traitement des animaux (PETA) compte bien se faire entendre avant qu'elle commence.

La vedette de l'émission Alerte à Malibu prête son nom au mouvement d'opposition à la chasse aux phoques encore une fois et demande au gouvernement fédéral d'intervenir.

Dans sa lettre adressée au premier ministre, Pamela Anderson demande aussi une rencontre officielle avec lui sur le sujet.

Elle insiste sur le fait qu'il y a eu un changement de premier ministre depuis la dernière chasse au phoque, l'année dernière.

Pamela Anderson fait aussi les louanges de Justin Trudeau en l'applaudissant pour sa position sur la communauté LGBT et sur la crise syrienne.

La chasse aux phoques commence normalement à la fin mars ou au début avril au large de Terre-Neuve et a lieu un peu plus tôt au large des Îles-de-la-Madeleine.

Même si elle a fait sa fortune en montrant son corps dénudé, je peux vous dire que ce n'est pas avec ça qu'elle va convaincre les gens d'arrêter de chasser le phoque.

Denis Longuépée, président de l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine

Le président de l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine, Denis Longuépée, n'a pas tardé à réagir. « Quand on sait que c'est une ressource abondante, une ressource naturelle et on ne veut pas l'exterminer. On veut juste l'exploiter à sa juste valeur », précise-t-il.

« Autrefois on chassait seulement pour la fourrure, aujourd'hui on chasse pour l'huile, on chasse pour le collagène, on chasse pour la fourrure et la viande. On chasse pour l'animal au complet », ajoute-t-il.

Malgré la perte du marché européen, les transformateurs espèrent toujours percer le marché chinois.

Avec les informations de Stéfan Thériault

Acadie

Société