•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Conseil de sécurité des Nations unies sévit contre la Corée du Nord

Kim Jong-Un

Kim Jong-Un

Photo : Reuters

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Conseil de sécurité des Nations a adopté mercredi à l'unanimité les sanctions les plus sévères imposées à la Corée du Nord en 20 ans, ce qui témoigne de la colère de la communauté internationale face à des essais nucléaires et des tirs de missile qui défient l'interdit imposé aux activités nucléaires nord-coréennes.

Les États-Unis et la Chine, l'alliée traditionnelle de la Corée du Nord, négociaient ces sanctions depuis sept semaines.

Celles-ci incluent l'inspection obligatoire de toutes les marchandises qui entrent ou sortent de Corée du Nord par voie aérienne ou maritime; un interdit sur toutes les ventes et tous les transferts d'armes légères à Pyongyang; et l'expulsion des diplomates nord-coréens qui participeraient à des activités illicites.

Les États-Unis, ses alliés occidentaux et le Japon réclamaient de nouvelles sanctions qui iraient au-delà des activités nucléaires et de missiles de la Corée du Nord, mais la Chine refuse les mesures qui pourraient menacer la stabilité de la Corée du Nord et entraîner l'effondrement de son économie.

Pékin a néanmoins accepté plusieurs sanctions économiques.

La résolution interdit les exportations de charbon, de fer et de minerai de fer qui financent les programmes nucléaires et de missiles balistiques du Nord. Elle interdit aussi toutes les exportations d'or, de minerai de titane, de minerai de vanadium et de minéraux de terres rares. Elle interdit enfin l'exportation de carburant d'aviation vers le pays, y compris le carburant de type kérosène qui pourrait être utilisé dans des fusées.

La communauté internationale, s'exprimant d'une seule voix, envoie un message simple à Pyongyang : la Corée du Nord doit renoncer à ces programmes dangereux et choisir un avenir meilleur pour son peuple.

Une citation de :Barack Obama, président des États-Unis 

L'ambassadrice des États-Unis auprès de l'ONU, Samantha Powers, a quant à elle dénoncé le régime nord-coréen, qui favorise ses programmes nucléaires et de missiles au détriment des besoins élémentaires de la population.

Dans les secteurs financiers et bancaires, les pays doivent maintenant geler les avoirs des compagnies et autres entités liées aux programmes nucléaires et de missiles de Pyongyang. Une résolution précédente les encourageait seulement à le faire.

La résolution interdit aussi aux nations d'ouvrir de nouvelles branches ou filiales des banques nord-coréennes et interdit aux institutions financières de développer de nouvelles coentreprises ou des relations de ce genre avec elles. Elle ordonne aux pays de fermer toutes les banques nord-coréennes et de mettre fin à tous les liens bancaires d'ici 90 jours.

Des résolutions précédentes interdisaient déjà à la Corée du Nord d'exporter des technologies nucléaires ou de missiles, ou encore des biens de luxe. La nouvelle résolution ajoute à cette liste les montres de luxe, les motoneiges, les embarcations récréatives et le cristal au plomb.

Elle ajoute aussi 16 individus, 12 « entités » (y compris l'agence gouvernementale responsable du tir de fusée en février) et 31 navires-propriété d'une firme nord-coréenne à la liste noire. Cela entraîne le gel de leurs avoirs et, dans le cas des individus, une interdiction de voyager.

La résolution interdit à Pyongyang de noliser des navires ou des aéronefs et demande aux pays de « dé-enregistrer » tout navire détenu ou géré par le Nord, ou dont l'équipage serait nord-coréen.

Un comité d'experts onusiens a fréquemment fait remarquer, dans le passé, que le respect des sanctions précédentes laissait parfois à désirer. La Corée du Nord, de son côté, a fait fi de plusieurs demandes et a tenté d'en contourner d'autres.

La résolution demande enfin la reprise des pourparlers à six pour mener à une dénucléarisation vérifiable de la péninsule nord-coréenne. Pyongyang a quitté la table des négociations en 2008.

Des « projectiles » lancés en mer du Japon

Quelques heures après l'adoption de la résolution alourdissant les sanctions contre la Corée du Nord, le ministère sud-coréen de la Défense a annoncé que Pyongyang avait lancé des « projectiles » en mer du Japon. Le ministère tente de déterminer s'il s'agit de missiles à courte portée ou de tirs d'artillerie.

Avec AFP et Reuters

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !