•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les boxeurs se battront sans casque à Rio

Le boxeur Roberto Custodio

Le boxeur Roberto Custodio

Photo : Getty Images / MIGUEL SCHINCARIOL

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les boxeurs se battaient casqués depuis les Jeux de 1984 à Los Angeles. Ce temps-là est révolu, ainsi en ont décidé le Comité international olympique (CIO) et l'Association internationale de boxe (AIBA).

L'AIBA avait décidé il y a trois ans de laisser tomber les casques pour les compétitions internationales masculines. Et les hommes se sont battus sans casque aux Jeux du Commonwealth de 2014.

Pour les Jeux olympiques, il fallait que le CIO entérine la décision, ce qu'il a fait mardi lors de la réunion de son comité exécutif.

Le CIO a simplement dit qu'il ne s'opposait pas à la décision prise par l'AIBA, et il a rappelé que ce sont les fédérations sportives qui décident de leurs règles.

Le président de l'AIBA a admis qu'en l'absence de casque, les boxeurs seront plus exposés aux coupures, mais que le nombre de commotions cérébrales devrait diminuer.

C'est en tout cas l'avis de Charles Butler, président honoraire de la commission médicale de l'AIBA, qui a fait partie du comité qui a recommandé le changement.

Il avait donné en 2013 au quotidien The Wall Street Journal les chiffres d'une étude dans laquelle était analysé le travail de 15 000 boxeurs, dont la moitié portait un casque.

Le taux de commotions était de 0,38 % pour les casqués (en 7352 rounds) comparé à 0,17 % pour les non casqués (en 7545 rounds).

Un faux sentiment

Malgré les chiffres et les pourcentages, la décision ne fait pas l'unanimité.

« C'est ridicule, avait dit le Canadien Mark Simmons, qui avait perdu le combat pour la médaille de bronze aux Jeux de Sydney, dans le quotidien The Star en 2015. L'AIBA a pris cette décision pour que le sport se vende mieux, pour que les gens voient le visage des boxeurs. »

Pour le président de Boxe Canada, Pat Fiacco, les athlètes avaient un faux sentiment de sécurité avec les casques.

« Comme ils avaient des casques, ils pensaient qu'ils pouvaient recevoir des coups, expliquait-il dans l'article du Star. Là, les boxeurs devront être plus intelligents. Ça améliore la qualité du combat. »

Mais encore faut-il que les arbitres aient la même sensibilité face aux coupures au visage des boxeurs.

Ce qui n'avait pas été le cas lors des Jeux du Commonwealth de 2014.

Le Canadien Brody Blair avait été arrêté par l'arbitre parce qu'il saignait à cause d'une coupure au-dessus de l'oeil gauche. Son compatriote Samir El-Mais avait pu continuer son combat malgré une profonde entaille au-dessus de l'oeil droit et avait remporté la médaille d'or.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !