•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Il y a eu au moins huit à dix explosions autour de nous » - Raymond Saint-Pierre

Des journalistes courent pour se mettre à l'abri lors de la série d'explosions survenues près de la frontière turque.

Photo : La Presse canadienne / AP/Pavel Golovkin

Radio-Canada

Bien que globalement respectée, la trêve demeure fragile en Syrie, comme a pu le constater notre envoyé spécial en Syrie, Raymond Saint-Pierre. Le journaliste effectuait une tournée d'une région syrienne à l'invitation de l'armée russe, avec des collègues de divers pays, lorsque son convoi a été pris pour cible près du petit village de Kensaba, à 5 kilomètres de la frontière turque.

« Des militaires syriens nous expliquaient la proximité des troupes turques et, soudainement, alors qu'on se préparait à partir, on a fait l'objet d'un bombardement », a expliqué Raymond Saint-Pierre, correspondant de Radio-Canada à Moscou, lors d'une intervention à ICI RDI.

Il y a eu au moins, au moins huit à dix explosions tout autour de nous.

Raymond Saint-Pierre

Les journalistes ont trouvé refuge derrière des blindés russes avant d'être évacués à bord de ces véhicules. Raymond Saint-Pierre a été légèrement blessé à une main, à un coude et à un genou en tentant de se protéger des bombardements. Le convoi a repris la route pour se réfugier à la base russe de Lattaquié.

Des journalistes pris pour cible en Syrie, près de la frontière turque

Les auteurs du bombardement demeurent inconnus, mais le journaliste de Radio-Canada identifie deux groupes de suspects susceptibles d'être à l'origine de cette attaque contre un convoi de journalistes bien identifié.

« Ça peut être du côté turc, parce que les Russes reprochent aux Turcs de vraiment masser des troupes le long de la frontière, mais aussi le Front Al-Nosra, une branche d'Al-Qaïda qui est très active dans la région », explique M. Saint-Pierre.

Qui nous a tiré dessus, nous a bombardés? Je ne le sais pas, mais c'est nous qui étions visés, ça c'est certain.

Raymond Saint-Pierre

Vidéo des explosions diffusée par la chaîne de télévision d'information continue Russia Today :

Le convoi, composé de plusieurs camions et blindés, était très visible. Il transportait une quarantaine de journalistes, tous identifiés, entassés dans trois blindés, lorsqu'ils ont été pris pour cibles.

Habitué des zones de guerre, le journaliste tient à remettre les événements en perspective. « Ça fait cinq ans que ce pays est en guerre et il y a peu d'endroits en Syrie où on est vraiment en sécurité, explique-t-il. Il n'y pas beaucoup d'endroits où on peut dire à 100 % qu'il y a une trêve. »

Après cinq années de guerre, il y a des haines qui se sont accumulées et des gens qui se sont habitués à vivre en guerre. C'est très difficile de revenir en arrière.

Raymond Saint-Pierre

« Évidemment, le gouvernement russe ne nous emmène pas pour nous montrer des choses qui ne sont pas bonnes, souligne-t-il. On nous a invités pour nous montrer que les militaires amenaient de l'aide humanitaire dans les villages, de la nourriture, pour nous montrer que le cessez-le-feu tenait, du moins du côté syrien, à l'endroit où l'on se trouve. Visiblement, toutes les factions ne sont pas d'accord avec ça, et elles continuent à bombarder ici et là. »

Réfugiés à la base aérienne russe de Lattaquié - là d'où les avions russes décollent pour mener leurs frappes aériennes des dernières semaines – les journalistes poursuivront leur visite de quatre jours dès demain. « Je crois qu'ils seront prudents dans le choix des endroits qu'ils nous feront visiter », a conclu Raymond Saint-Pierre.

Un journaliste chinois blessé lors des explosions près de la frontière turque.

Un journaliste chinois blessé lors des explosions près de la frontière turque.

Photo : La Presse canadienne / AP/Pavel Golovkin

Une « évaluation très rigoureuse des risques »

Depuis plusieurs semaines, les Russes promettaient d'emmener en sol syrien Raymond Saint-Pierre et son collègue, le caméraman Alexei Sergeev, a expliqué Michel Cormier, directeur général de l'information de Radio-Canada. « C'était un point de vue qui intéressait Radio-Canada », souligne ce dernier.

M. Cormier explique que pour chaque situation du genre, Radio-Canada procède à une « évaluation très rigoureuse des risques » afin de déterminer les dangers ainsi que les mesures qui doivent être prises pour protéger l'équipe.

Malgré tout, M. Cormier a avoué avoir été pris de court par les événements de ce matin. Raymond St-Pierre et Alexei Sergueev se rendaient « dans un village libéré, dans un contexte de trêve », a-t-il rappelé. « On ne s'attendait pas beaucoup à ce genre de scénario », dit-il.

Michel Cormier explique les mesures de sécurité prises pour protéger les journalistes en zone de conflit

Al-Assad accuse l'opposition

L'accord de cessation des hostilités entré en vigueur ce week-end en Syrie apporte une « lueur d'espoir » dans le conflit, affirme le président syrien Bachar Al-Assad dans une interview à la chaîne de télévision allemande ARD.

Le président syrien Bachar Al-Assad a déclaré à la télévision allemande que la trêve constituait « une lueur d'espoir ». « Nous remplirons notre part pour faire en sorte que tout cela fonctionne », a-t-il poursuivi.

Le président syrien accuse l'opposition d'avoir violé l'accord de cessez-le-feu. « Les terroristes ont enfreint cet accord dès le premier jour », a déploré Al-Assad. « L'armée syrienne s'abstient, elle, d'y répondre afin de donner à cet accord une chance de durer », ajoute-t-il. « Mais il y a des limites et tout dépend de l'autre camp. »

Syrie : l'engrenage de la guerre
Avec les informations de Reuters

International