•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau QG de la police de Winnipeg : l'enquête de la GRC évoque de la fraude

En décembre 2014, la GRC a effectué une perquisition des quartiers généraux de Caspian Construction

En décembre 2014, la GRC a effectué une perquisition des quartiers généraux de Caspian Construction

Photo : CBC/Brett Purdy

Radio-Canada

Des allégations de fraude et de falsification de documents sont au coeur d'une enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sur la construction du nouveau quartier général du Service de police de Winnipeg.

En décembre 2014, la GRC a effectué une perquisition du quartier général de Caspian Construction, l'entreprise que la Ville de Winnipeg a embauchée pour construire le nouveau quartier général de l'avenue Graham.

La Cour a levé les scellés sur les mandats de perquisition délivrés à l'endroit de Caspian à la demande de CBC/Radio-Canada.

« Nous avons reçu des informations selon lesquelles il y a eu de nombreuses instances de facturation abusive et de paiements indus par rapport aux services rendus lors de la construction du quartier général du Service de police de Winnipeg », affirme dans les documents l'agent Marc Allard, de la GRC.

Des factures auraient été indûment associées à l'édifice du Service de police de Winnipeg quand dans les faits, les travaux ont été effectués sur d'autres propriétés municipales, des terrains privés, ou pas du tout.

Marc Allard, agent de la GRC

Deux témoins qui travaillent actuellement ou ont déjà travaillé pour Caspian ont fourni des déclarations qui ont permis à la GRC d'obtenir un mandat de perquisition.

Selon les documents, l'agent Allard croit que le propriétaire de Caspian, Armik Babakhanians, a « par la supercherie, le mensonge et autres moyens dolosifs » commis une fraude de plus de 5000 $ à l'endroit de la Ville de Winnipeg.

L'agent Allard affirme aussi que M.  Babakhanians et un gérant chez Caspian ont créé de fausses factures et que M. Babakhanians a utilisé des documents en sachant qu'ils étaient contrefaits.

Joint au téléphone par CBC, Armik Babakhanians a refusé de discuter avec nous et a demandé qu'on s'adresse à son avocat. Me Patrick Riley n'était pas disponible pour commenter l'affaire.

Aucune accusation n'a été portée par la GRC et aucune de ces allégations n'a été prouvée en cour.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Manitoba

Justice et faits divers