•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève du zèle des cols blancs de Toronto se poursuit

Le maire de Toronto John Tory (à g.) et le président du local 79 du SCFP, Tim Maguire.

Le maire de Toronto John Tory (à g.) et le président du local 79 du SCFP, Tim Maguire.

Photo : CBC

Radio-Canada

Le local 79 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) qui représente plus de 20 000 cols blancs de Toronto affirme que ses membres poursuivront leur grève du zèle alors que d'autres options seront examinées au cours des prochains jours.

Un texte de Sophie HautcoeurTwitterCourriel

Samedi soir, la Ville de Toronto a présenté une offre aux représentants syndicaux, mais ces derniers ont rejetée. 

« Nous avons rejeté leur offre finale, mais nous n'avons pas quitté la table », a affirmé le président de la section locale du syndicat Tim Maguire ajoutant que c'est la Ville qui a mis fin aux négociations en présentant cette offre finale.

J'ai appelé le médiateur provincial et indiqué que nous voulons négocier.

Tim Maguire, président du local 79 du SCFP

L'un des principaux points d'achoppement pour le syndicat est la question des emplois du temps des employés à temps partiel notamment et le fait que ces derniers en soient informés assez tôt.

« Le maire a parlé d'un préavis de six mois (pour l'emploi du temps des employés) en conférence de presse, mais c'est une proposition que nous n'avons pas vue dans leur offre finale », a dit Tim Maguire qui a ajouté que « plus de stabilité pour les employés à temps partiel ne coûtera pas plus cher à la Ville ».

Le maire de Toronto, John Tory a, quant à lui, indiqué qu'il attend un appel pour reprendre les négociations avec les représentants syndicaux.

Il a affirmé que ces derniers ont non seulement quitté la table des négociations, mais ont aussi rejeté l'aide du médiateur provincial. « Il s'agit du même médiateur qui nous a permis de conclure une entente avec le local 416 du SCFP », a-t-il dit en ajoutant espérer que le syndicat changera d'avis.

John Tory a d'ailleurs répété que l'offre présentée aux représentants syndicaux des cols blancs reprend les fondamentaux de celle qui a été ratifiée par les cols bleus la semaine dernière.

Toute entente que nous concluons doit être équilibrée et réaliste.

John Tory, maire de Toronto

Il a précisé que celle-ci répond également à des questions importantes soulevées par le syndicat comme la stabilité d'emploi, la santé et le bien-être des employés et les emplois du temps des employés à temps partiel. Elle propose aussi une augmentation de salaire raisonnable, la même que celle qui a été acceptée par les cols bleus.

La Ville publie l'offre sur Internet

« Pour moi l'entente doit tenir compte de trois éléments : respecter le bon travail de nos employés, refléter les réalités financières de la ville et être juste pour les contribuables », a ajouté le maire qui a aussi annoncé que l'offre a été publiée sur le site internet de la Ville (Nouvelle fenêtre) par souci de transparence non seulement avec les employés, mais aussi avec le public.

Tim Maguire a qualifié ce geste d'« irrespectueux » pour le processus de négociation et pour les employés.

Le local 79 du SCFP représente plus de 20 000 cols blancs qui travaillent dans les garderies, les centres communautaires, les bureaux de ville et à la santé publique notamment.

Le président de la section locale du syndicat, Tim Maguire a dit la semaine dernière que les négociations pour un nouveau contrat de travail « continuaient d'avancer au ralenti » et que le syndicat intensifierait sa grève du zèle, qui a commencé lundi dernier.

Les cols blancs continuent de faire leur travail, mais ne font pas d'heures supplémentaires et prennent systématiquement leurs pauses, selon Tim Maguire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Relations de travail