•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PKP entrouvre la porte au scrutin proportionnel

Pierre Karl Péladeau

Pierre Karl Péladeau

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La Presse canadienne

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a fait écho samedi à deux exigences fixées par Québec solidaire (QS) pour une convergence souverainiste, l'une concernant le scrutin proportionnel, l'autre concernant les paradis fiscaux. 

En entrouvant la porte au mode de scrutin proportionnel, M. Péladeau a ainsi fait une référence directe à une demande du député de QS, Amir Khadir.

À l'ouverture d'un conseil national péquiste, à Trois-Rivières, il a invité les militants à examiner cette question.

En décembre dernier, Amir Khadir avait expliqué que le système uninominal à un tour actuel était la principale entrave aux alliances.

M. Khadir avait alors invité le Parti québécois (PQ) à renouer avec son engagement pour la proportionnelle, qui est passé à la trappe dans le dernier programme politique péquiste.

Dans son discours, M. Péladeau n'a pas orienté la réflexion des militants en abordant le sujet.

Selon le chef péquiste, son parti « progressiste », qui croit au « nationalisme économique », doit ouvrir le dialogue.

« Il faut s'engager à poursuivre le dialogue avec une attitude ouverte et généreuse, a-t-il mentionné. Les sujets menant à la convergence sont nombreux. Notre mode de scrutin, par exemple. »

Certains croient que [notre mode de scrutin] devrait favoriser des élections à la proportionnelle. Eh bien! Travaillons-y et examinons cela.

Pierre Karl Péladeau

Pour la députée péquiste responsable du mouvement de convergence, Véronique Hivon, il s'agit « clairement d'un enjeu d'importance ».  

« Autant Québec solidaire qu'Option nationale et la CAQ ont cette disposition-là dans leur programme et beaucoup de Québécois veulent qu'on s'arrête à cette idée-là », a-t-elle poursuivi. 

Les militants des circonscriptions de Rosemont et ceux de l'exécutif régional de Montréal-Centre ont soumis une proposition pour introduire « un aspect proportionnel » au mode actuel.

La Coalition avenir Québec a d'ailleurs prévu un point de presse du député Benoit Charette, lundi, au sujet du mode de scrutin.

Québec solidaire estime que les libéraux sont de plus en plus isolés

Le porte-parole de QS Andrés Fontecilla se réjouit de l'ouverture montrée par Pierre Karl Péladeau pour le scrutin proportionnel. Il attend maintenant des gestes concrets. « L'automne dernier, la CAQ s'est jointe à l'idée, maintenant le PQ démontre une ouverture. C'est une bonne chose. Si cela se concrétise et que le PQ l'inscrit réellement à son programme, le PLQ sera isolé pour défendre un mode de scrutin archaïque d'inspiration britannique qui cause d'importantes distorsions à la représentation démocratique. »

Lutter contre les paradis fiscaux 

Sur le front de la lutte contre les paradis fiscaux, M. Péladeau a pris l'engagement qu'un Québec souverain sera « une référence mondiale ».

« Dans la fédération canadienne, nous sommes condamnés à regarder un spectacle dans lequel le Canada ne déploie aucun effort », a-t-il dit. 

Au début du mois, le président de Québec solidaire, Andrés Fontecilla, avait déclaré que « si le Parti québécois est d'accord avec les paradis fiscaux, on est loin d'une possibilité de convergence avec un parti de gauche tel que Québec solidaire ».

Une proposition de militants péquistes de la circonscription de Marguerite-Bourgeoys est à l'ordre du jour pour réaffirmer l'opposition du PQ aux paradis fiscaux.

M. Péladeau a profité de son allocution pour s'opposer au marchandage qui permettrait au gouvernement fédéral de financer Bombardier tout en obtenant l'appui pour l'oléoduc Énergie-Est.

M. Péladeau a également écorché le gouvernement libéral sur le front de l'économie.

« Au cours des derniers mois, nous avons vu un premier ministre qui ne comprend rien à l'économie prendre des décisions qui vont à l'encontre de l'intérêt des Québécois », a-t-il dit.

Politique