•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget : francophones déçus, étudiants heureux

L'Ontario présente pour 2016-2017 un neuvième budget déficitaire d'affilée.
L'Ontario présente pour 2016-2017 un neuvième budget déficitaire d'affilée. Photo: Radio-Canada/Martin Labbé
Radio-Canada

Le gouvernement ontarien a présenté son budget 2016 jeudi après-midi à Queen's Park. Plusieurs groupes de pression et organismes n'ont pas tardé à le commenter.

Un texte de Sophie HautcoeurTwitterCourriel

Francophonie

L'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques espère que les écoles catholiques françaises auront leur part des 11 milliards de dollars qui seront alloués aux infrastructures scolaires. « Les conseils scolaires anglophones de plusieurs régions de la province semblent bénéficier davantage », fait remarquer l'organisme dans un communiqué. « Pendant ce temps les conseils scolaires catholiques de langue française ont de la difficulté à attirer les ayants droit et à maintenir leurs effectifs », ajoute l'association.

Benoit Mercier, le porte-parole de l'organisme affirme qu'« il y a un déficit au niveau des infrastructures surtout au niveau des écoles catholiques de langue française. On demande au gouvernement de regarder les plans qui sont soumis et d'accorder le financement pour faire compétition aux écoles anglaises qui semblent attirer de plus en plus d'ayants droit franco-ontariens ».

Nous regrettons de constater que peu d'annonces d'intérêt spécifique pour la communauté francophone ont été faites

Denis Vaillancourt, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Denis Vaillancourt affirme que « nous sommes déçus qu'aucune place n'ait été accordée à l'amélioration de l'offre de programmes postsecondaires en français et à la gouvernance universitaire par et pour les francophones », ajoute-t-il.

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur explique qu'« il est trop tôt pour avoir de l'argent (pour une Université franco-ontarienne). On ne sait pas encore quel accès on va développer à l'éducation postsecondaire dans le centre et le sud de l'Ontario. Je ne m'attendais pas à des fonds parce qu'il n'y a pas encore de plan en place ».

Modification des aides financières pour les étudiants

Les étudiants applaudissent l'amélioration de l'aide financière proposée dans le budget 2016. « Ce sont des améliorations importantes qui vont vraiment améliorer les aides financières pour nos étudiants », dit Spencer Nestico-Semianiw, président de l'Alliance des étudiants de premier cycle de l'Ontario. L'organisation dit aussi apprécier la simplicité du nouveau système de subvention.

C'est une excellente nouvelle, ça fait plusieurs années qu'on demande au gouvernement d'augmenter l'aide financière en offrant plus de bourses.

Gabrielle Ross-Marquette, porte-parole de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants

Judy Bates, la présidente de l'Union des associations des professeurs des universités de l'Ontario demeure toutefois inquiète. « Nous sommes très satisfaits de l'aide financière apportée aux étudiants moins nantis, mais notre inquiétude, c'est la qualité d'enseignement qu'ils recevront. On améliore l'accès, mais pas la qualité », dit-elle. « Le sous-financement des universités et la taille des classes demeurent des problèmes importants dans la province », ajoute-t-elle.

Le Conseil des universités de l'Ontario croit que les changements annoncés dans le budget permettront aux étudiants d'avoir un accès plus facile aux aides, à des bourses et à des prêts. « Ce nouveau système reflétera plus précisément le coût en fait plus bas des droits de scolarité en Ontario et encouragera une plus grande participation dans l'éducation postsecondaire », croit David Lindsay, le président de l'organisme.

Le déficit

La Fédération canadienne des contribuables s'inquiète du 9e déficit de suite de la province. « Le gouvernement de l'Ontario ne fournit pas de plan réaliste pour sortir la province de son endettement ». « Le plan à long terme du gouvernement présenté dans le budget 2016 ne mènera jamais à un équilibre budgétaire », affirme Christine Van Geyn, la directrice de la fédération.

Ce budget ne compte pas sur des revenus réels, le gouvernement s'attend plutôt à ce que les contribuables paient la différence en taxant davantage le vin et l'essence, entre autres.

Christine Van Geyn, Fédération canadienne des contribuables

Les investissements dans l'infrastructure

Joel Duff, porte-parole de la Fédération du travail de l'Ontario croit qu'il s'agit d'« un budget qui laisse tomber les services publics au profit de l'infrastructure. Dans les hôpitaux, on investit, mais c'est beaucoup moins que l'inflation...ce qui équivaut à une grande compression [...]. L'investissement en infrastructure va créer de l'emploi, mais en majorité pour les hommes, c'est une injustice ».

Le maire de Toronto, John Tory, se dit quant à lui « encouragé de voir que le budget 2016 de l'Ontario porte aussi sur les priorités de Toronto que sont le transport et le logement ».

La Ontario Health Coalition estime que l'augmentation du financement pour les hôpitaux n'est pas suffisante : « Ce sera la première augmentation en 5 ans, et alors que nous nous réjouissons de voir qu'ils ont relâché la pression sur les hôpitaux communautaires en fournissant une augmentation minimale, c'est loin d'être suffisant pour arrêter l'érosion des soins et des services aux patients dans la province. »

Avec la collaboration de Valérie Ouellet

Budget de l'Ontario

Ontario

Politique provinciale