•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les francophones doivent exiger des services de santé dans leur langue

Une dizaine de participants assistent aux consultations du Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario à Sudbury.

Une dizaine de participants assistent aux consultations du Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario à Sudbury.

Photo : ICI Radio-Canada/Stephany Laperrière

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario (RMEFNO) tient des consultations publiques dans sept municipalités de la province. L'organisme veut savoir comment améliorer l'offre des services de santé en français.

Selon la directrice générale du RMEFNO, Diane Quintas, les discussions ont fait ressortir jusqu'à maintenant un triste constat: les francophones acceptent souvent d'être servis en anglais.

Voulez-vous parler en français ou voulez-vous un service?

Le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario tient des consultations publiques sur les services de santé offerts dans la région.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario tient des consultations publiques sur les services de santé offerts dans la région.

Photo : ICI Radio-Canada/Stephany Laperrière

Selon Diane Quintas, une des participantes de Sturgeon Falls a raconté avoir déjà demandé un service en français pour se faire répondre « voulez-vous parler en français ou voulez-vous avoir un service? » Pour la directrice générale, c'est la preuve qu'il faut faire encore beaucoup de sensibilisation quant à l'importance des services en français. C'est d'ailleurs un aspect qui a été soulevé lors de la consultation publique de Sudbury.

On a souvent tendance à accepter le fait qu'on est bilingue, le fait qu'on puisse se faire servir dans l'une ou l'autre des langues officielles

Une citation de :Alain Gauthier, participant à la consultation publique du RMEFNO

Alain Gauthier, qui participait à la consultation en tant que chercheur au Centre de recherche en santé des milieux ruraux et du nord à l'Université Laurentienne croit qu'il faut encourager la communauté francophone à demander des services en français.

Stratégie 2016-2021

Session de remue-méninges aux consultations du Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario à Sudbury.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Session de remue-méninges aux consultations du Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario à Sudbury.

Photo : ICI Radio-Canada/Stephany Laperrière

Ces consultations mèneront à l'élaboration de la stratégie du RMNEFO pour les cinq prochaines années.

Toutefois, mieux cerner la problématique de l'accès aux services de santé en français pourrait s'avérer un exercice difficile compte tenu du manque de données. « On n'identifie pas les francophones qui entrent dans le système, on n'identifie pas les professionnels qui sont capables d'offrir des services en français et on n'identifie pas si les patients francophones ont reçu des services en français », explique madame Quintas.

Une des pistes d'action proposées lors de la consultation publique de Sudbury est la création d'un registre de professionnels de santé qui offrent des services en français.

La nouvelle stratégie est attendue pour le mois de juin.

Horaire des consultations

  • 25 février      12 h      Centre francophone                       - Sault Ste. Marie
  • 7 mars          10 h      Collège Boréal                                - Timmins
  • 8 mars          12h       Service de Counselling                   - Hearst 
  • 8 mars          12 h      Centre de santé communautaire    - Kapuskasing (lié à Hearst via OTN)
  • 8 mars          12h       Équipe de santé familiale               - Greenstone

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !