•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gala du cinéma québécois remplace La soirée des Jutra

Un prix Jutra
Un prix Jutra Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Radio-Canada

Moins d'une semaine après avoir abandonné le nom Jutra, l'organisme Québec Cinéma annonce que la fête annuelle du cinéma portera cette année le nom du Gala du cinéma québécois. Ce choix a été approuvé à l'unanimité par le conseil d'administration de l'organisme.

Du même coup, Québec Cinéma entame une réflexion sur la désignation d'un nouveau nom permanent et sur la création d'un nouveau trophée.

« Pour cette année, le trophée n'aura pas de nom, ce sera un objet transitoire et symbolique sur lequel on est en train de travailler, a expliqué Ségolène Roederer, directrice de Québec Cinéma. Le nouveau trophée pour les galas à venir n'existera que l'an prochain. »

Le 18e Gala du cinéma québécois, animé par Pénélope McQuade et Stéphane Bellavance et diffusé à ICI Radio-Canada Télé, aura lieu le 20 mars prochain.

Le Gala du cinéma québécoisLe gala du cinéma québécois Photo : Québec cinéma

« Il faut qu'on aille une réflexion qui prend un peu plus de temps, a ajouté Ségolène Roederer. On reçoit beaucoup de suggestions, c'est très sympathique et intéressant et ça nous montre que les gens sont intéressés, ça nous fait du bien. Il faut prendre le temps de trouver le nom du trophée et ensuite trouver ce qui va le représenter. »

La directrice de Québec Cinéma a également indiqué que l'organisme allait sans doute faire appel à un artiste pour la conception du nouveau trophée. 

Québec Cinéma, qui chapeaute la cérémonie, avait pris la décision de laisser tomber le nom La soirée des Jutra après la publication, mercredi dernier dans le quotidien La Presse, de l'histoire d'une présumée victime d'agressions sexuelles du réalisateur Claude Jutra.

La ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, avait également exercé de la pression sur Québec Cinéma, en exigeant que l'organisme laisse tomber l'appellation La soirée des Jutra.

Puis, samedi, La Presse rapportait le témoignage d'une deuxième présumée victime, le scénariste Bernard Dansereau.

Des défenseurs

Plusieurs amis de Claude Jutra ont voulu, au cours des derniers jours, se porter à la défense de la mémoire du cinéaste. C'est le cas de Chloé Sainte-Marie, qui, dans une lettre envoyée aux médias vendredi, appelait au maintien des prix Jutra. La poète et chanteuse s'est dite « troublée et triste à l'égard de ce scandale », mais elle estimait que « les raisons qui ont, à l'époque, présidé au choix de Claude Jutra demeurent ».

Le lendemain, la cinéaste et comédienne Micheline Lanctôt a dit craindre pour le rapport que le public pourrait entretenir à l'avenir avec l'œuvre de Claude Jutra. « La question qui se pose, c'est : "Est-ce qu'on ne devrait pas dissocier l'homme de l'œuvre?" » Elle estime avoir assisté à « un lynchage médiatique total, sans jugement, sans procès ».

Le gala annuel du cinéma québécois se tient depuis 1999. À cette époque, un regroupement de producteurs, sous l'initiative de Roger Frappier, avait créé le prix Jutra pour protester contre la faible représentation du cinéma québécois au gala canadien des prix Génies.

Cinéma

Arts