•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La justice américaine dépose un recours contre Apple

Tashfeen Malik et son époux américain Syed Farook

Tashfeen Malik et son époux américain Syed Farook

Photo : FBI/AP

Reuters

Le département de la Justice des États-Unis a déposé un recours en vue d'obliger Apple à se plier à une décision de justice lui ordonnant d'aider le FBI à décrypter l'iPhone d'un des auteurs du massacre de San Bernardino. Ce recours est une nouvelle étape de la confrontation entre le gouvernement et la Silicon Valley sur la question de la sécurité et de la vie privée.

L'attaque de San Bernardino avait fait 14 morts et 22 blessés le 2 décembre dernier. Les deux tueurs ont été abattus lors d'une fusillade avec la police.

La juge de district de Los Angeles Sheri Pym a estimé cette semaine que Apple devait fournir une « assistance technique raisonnable » aux enquêteurs du FBI qui cherchent toujours à débloquer l'iPhone 5C crypté de Syed Rizwan Farook.

Le groupe à la pomme a gagné jeudi trois jours de plus pour réagir à cette décision. Parlant de « mesure sans précédent qui menace la sécurité de nos clients », le PDG d'Apple, Tim Cook, avait déclaré mardi qu'il s'opposerait à cette injonction.

L'affaire oppose les partisans de la défense de la vie privée par le biais du cryptage aux représentants de la justice qui affirment que des vies sont peut-être en jeu, à moins de décrypter l'iPhone du tueur.

« Au lieu de prêter main-forte à ceux qui enquêtent en profondeur sur une attaque terroriste mortelle [...] Apple a réagi en opposant une fin de non-recevoir à l'injonction », écrivent des procureurs.

« Le refus d'Apple de se conformer à la décision du tribunal, alors que la chose est techniquement possible, semble reposer sur des préoccupations tenant à son "business model" et à sa stratégie commerciale de marque ».

On ne sait pas dans l'immédiat si le recours du département de la Justice s'imposait. Dans une note figurant dans le document du recours, le département de la Justice admet lui-même qu'une deuxième injonction « n'est pas légalement nécessaire ».

Une audience sur cette affaire est prévue le 22 mars en Californie, selon Thom Mrozek, porte-parole du parquet du District central de Californie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice et faits divers