•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C.-B. : 1100 réfugiés syriens arrivent dans les 10 jours

Shadi Alradi et sa femme à Coquitlam

Shadi Alradi et sa femme à Coquitlam

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Colombie-Britannique se prépare à accueillir 1100 réfugiés syriens dans les 10 prochains jours, confirme l'organisme Immigrant Services Society qui leur assurera un soutien de quatre à six semaines avant qu'ils soient pris en charge par d'autres groupes.

Environ la moitié des réfugiés seront installés loin du Grand Vancouver, dans des villes comme Victoria, Vernon, Kamloops et Prince George.

Cependant, le directeur de l'organisme reconnaît que les services d'établissement des nouveaux arrivants ont du travail à faire. Chris Friesen souligne notamment le besoin de cours d'anglais et un accès à des logements permanents et rappelle que les réfugiés peuvent se sentir découragés.

« Le creux [...] arrive deux ou trois mois après leur débarquement au pays, constate M. Friesen. De l'anxiété, de la dépression [...] c'est pourquoi nous devons avoir les ressources en place. »

Un de ces réfugiés installés en décembre dans un appartement de Coquitlam, Shadi Alradi, dit qu'il attend depuis deux mois pour passer un test lui permettant de suivre un cours d'anglais approprié.

Il affirme aussi ne pas avoir assez d'argent pour prendre l'autobus et voir un dentiste.

Une porte-parole d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, Nancy Caron, déclare que le gouvernement fédéral travaille avec les services d'établissements et que des ajustements seront apportés pour tenir compte du volume de leurs besoins et de leurs clients parrainés par Ottawa.

Depuis le 4 novembre 2015, la Colombie-Britannique a accueilli plus de 1770 réfugiés en provenance de Syrie dont la guerre civile a fait 250 000 morts et déplacé des millions de personnes en cinq ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !