•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Politiques sur les élèves LGBT : le Conseil scolaire de Vermillion défie le ministre

Clark McAskile, président du conseil scolaire public de Vermillion.

Clark McAskile, président du conseil scolaire public de Vermillion.

Photo : Jacob Marfo

Radio-Canada

Le Conseil scolaire public de Fort Vermillion a unanimement décidé jeudi de défier le ministre de l'Éducation de l'Alberta et de ne pas lui soumettre une politique sur les élèves transgenres et d'autres minorités sexuelles (communauté LGBT).

Le président Clark McAskile a expliqué que son conseil n'a pas senti le besoin de changer les politiques qui sont déjà appliquées pour accepter et comprendre les élèves LGBT. « Nous sentons que nous faisons un bon travail pour prendre soin de nos élèves et répondre à leurs besoins en matière d'éducation », soutient-il.

Les directives ministérielles

En janvier, le ministre de l'Éducation, David Eggen, a demandé aux 61 conseils scolaires de l'Alberta de lui envoyer, avant le 31 mars, des ébauches de leurs politiques pour rendre leurs écoles sécuritaires et ouvertes aux élèves LGBT.

Le ministre de l’Éducation David EggenAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de l’Éducation David Eggen s’interroge sur les dépenses à l’Association des conseils scolaires de l’Alberta (ASBA).

Photo : ICI Radio-Canada

Le ministre a donné 12 directives incluant des autorisations pour que les élèves aient le choix de leurs prénoms, de leurs disciplines sportives, de leur façon de s'habiller, de leurs vestiaires et de leurs toilettes en fonction de l'identité sexuelle qu'ils assument. Les écoles ne doivent pas, par ailleurs, informer les parents des choix de leurs enfants sur ces questions.

Le ministre n'a pas spécifié les directives à suivre à la lettre ni celles qui peuvent se prêter à l'interprétation.

Imprécisions

Le président du Conseil scolaire public de Vermillion dit que sa division scolaire trouve les directives du ministre imprécises et susceptibles de se heurter au refus des parents. Clark McAskile ajoute que certains changements demandés pourraient être difficiles à appliquer en raison des budgets qui sont serrés.

Le ministre a indiqué qu'il est au courant de la situation du conseil scolaire de Vermillion et qu'il travaillera avec celui-ci pour élaborer une ébauche de politique. David Eggen précise que cette rencontre n'aura pas pour objectif de contrecarrer la position du conseil.

Clark McAskile a fait savoir de son côté qu'il est ouvert à la discussion. « Notre rencontre avec le ministre pourrait mettre en lumière des problèmes que nous n'avons pas envisagés. Notre point de vue pourrait aussi lui faire voir des aspects qu'il n'a pas envisagés », explique ce responsable des écoles des municipalités de Vermillion et de High Level, dans le nord de l'Alberta.

Collaboration acquise

Le ministère de l'Éducation souligne qu'aucun autre conseil scolaire n'a refusé de collaborer avec la province. Le ministre Eggen précise qu'il ne compte pas dissoudre le conseil scolaire de Vermillion même s'il s'agit de l'une des options à sa disposition pour sanctionner les conseils récalcitrants. « La dissolution est une mesure très extrême », dit-il.

Des représentants des diocèses catholiques de l'Alberta ont vivement critiqué les directives du ministère de l'Éducation qui affecteront également les écoles catholiques. Ils ont réaffirmé leurs enseignements selon lesquels l'identité sexuelle est un don divin et la changer, c'est défier une volonté divine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Éducation