•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comprendre la virothérapie en 10 photos

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La virothérapuie est un nouveau traitement à l'essai pour combattre le cancer.

La virothérapuie est un nouveau traitement à l'essai pour combattre le cancer.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour traiter le cancer, les médecins font généralement appel à la chimiothérapie et la radiothérapie, mais ils fondent aussi beaucoup d'espoir dans la virothérapie, c'est-à-dire l'utilisation de virus pour éliminer le cancer. Depuis sept mois, l'Hôpital d'Ottawa mène un essai clinique sur 79 patients et jusqu'à présent les résultats sont convaincants.

Les médecins croient avoir trouvé la combinaison virale parfaite. Deux virus: celui du rhume et le Maraba, transmis par une mouche brésilienne. Ensemble, ils attaquent la cellule cancéreuse et forcent le système immunitaire à détruire la tumeur.

C'est très excitant! Des patients qui n'avaient aucune chance de survie répondent très bien à cette forme de thérapie.

John Bell, scientifique principal, Institut de recherche à l'Hôpital d'Ottawa

La virothérapie permettrait de traiter tous les types de cancers, selon les antigènes spécifiques des tumeurs. Sans effet secondaire, en prime!

L'Institut de recherche à l'hôpital d'Ottawa nous a ouvert les portes de son laboratoire pour une petite visite en coulisses.

Virothérapie en 10 photos

1. Voici un exemple de virothérapie : la métastase a disparu après l'injection du virus de la rubéole. Le cancer de ce patient n'est jamais revenu. Les médecins de l'Hôpital d'Ottawa croient que la combinaison du virus du rhume et du Maraba sera encore plus performante que cette expérience.

VirothérapieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Virothérapie

Photo : ICI Radio-Canada

2. Ce que vous voyez en rouge, c'est la tumeur. En vert, c'est le virus. Comme on le voit, le virus attaque entièrement la tumeur. Si le virus ne réussit pas à tout attaquer, c'est le système immunitaire qui va terminer le travail et faire entièrement disparaître la tumeur.

Un flaconAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un flacon

Photo : ICI Radio-Canada.ca

3. Voici un exemple de flacon dans lequel on conserve les virus. Le Maraba est contenu dans un flacon comme celui-ci. Il doit être manipulé avec grand soin. Notons, cependant, que ce n'est pas un virus très dangereux, ses effets sont comparables au rhume.

Une intraveineuseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une intraveineuse

Photo : ICI Radio-Canada

4. Virothérapie, première étape : on injecte d'abord le virus du rhume par intraveineuse

Un vaccinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un vaccin

Photo : ICI Radio-Canada

5. Virothérapie, deuxième étape : Ensuite, un vaccin, le Maraba. Il va notamment créer une réponse amplifiée du système immunitaire. Plus précisément, il va cibler la réponse immunitaire générée par le premier vaccin vers la tumeur, ce qui va permettre sa destruction.

John Bell,  scientifique principal, Institut de recherche à l'Hôpital d'OttawaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Bell, scientifique principal, Institut de recherche à l'Hôpital d'Ottawa

Photo : ICI Radio-Canada

6. John Bell est l'un des scientifiques à l'origine de cette découverte.

Virothérapie : le cancer de ce patient a disparuAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Virotherapie : le cancer de ce patient a disparu

Photo : ICI Radio-Canada

7. Voici le cas d'un patient provenant de Hamilton, en Ontario. Sa tumeur a également disparu.

Un insecte brésilien, appelé MG1MA3Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un insecte brésilien, appelé MG1MA3

Photo : ICI Radio-Canada

8. Voici la mouche brésilienne qui transmet le virus Maraba. Les effets secondaires du Maraba sont comparables à ceux d'un rhume.

Une souris en laboratoireAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une souris en laboratoire

Photo : ICI Radio-Canada.ca

9. Avant cet essai clinique, des tests ont été effectués sur des animaux. Les résultats ont été impressionnants. Non seulement le cancer a disparu, mais lorsqu'on a tenté de le réimplanter, le système immunitaire l'a rejeté. Il s'agit donc d'un vaccin à long terme qui semble détruire le cancer pour de bon.

10. Voici un exemple de cellules cancéreuses conservées, ici, dans le laboratoire de l'institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa.

Avec les informations de Catherine Lanthier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !