•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des légumes vivants bientôt en vente dans un marché près de chez vous

Denys Poitras et ses pousses
Denys Poitras et ses pousses Photo: ICI Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard
Radio-Canada

Un nouveau produit fait son apparition cette semaine sur les tablettes de deux épiciers de la région. Les pousses de légumes du Maraîcher urbain, de Ville-Marie, seront désormais vendues vivantes, dans un terreau gélatineux appelé « Terraga » développé au Témiscamingue. Cette nouvelle méthode de commercialisation doit permettre de conserver les pousses plus longtemps, tant dans les épiceries qu'à la maison. Elle permet aussi aux consommateurs de s'impliquer dans la production de ce qui se retrouve dans leur assiette.

Avec les informations d’Émilie Parent-BouchardTwitterCourriel

Des pouces en croissance constante

Pendant six mois, le Maraîcher urbain a fait plusieurs tests pour développer un mélange de terre, d'eau et de gélatine organique qui permet de commercialiser des pousses qui sont toujours en croissance. Le propriétaire de l'entreprise établie à Ville-Marie, Deny Poitras, estime que ce modèle de mise en marché permettra d'augmenter la durée de vie de ses produits.

« Le mélange des trois produits m'a donné une gélatine comme je recherchais. [...] Je fais ma conception de mélange et après, ça devient un lit de germination. Suite à ça, je peux produire mes pousses et ça élimine plein de problèmes de récolte, je peux avoir une variété plus grande parce qu'il y a certaines pousses qui sont trop petites pour être récoltées, emballées, commercialisées, etc. », explique-t-il.

L'avantage, c'est que tu n'as pas de date de péremption et au niveau de la conservation, tu les arroses et aussi longtemps que tu les arroses et que tu les entreposes au frigidaire, [elles] tombent en dormance.

Deny Poitras

Le consommateur actif

Selon le professeur du département d'agroéconomie et des sciences de la consommation de l'Université Laval, Bernard Korai, cette stratégie de mise en marché a d'autres atouts pour plaire au consommateur. Le spécialiste du comportement du consommateur cite notamment l'étiquette de produit régional et « l'autre aspect c'est de permettre au consommateur d'apporter sa contribution à l'entretien du produit [...] Permettre en fait à ce produit-là de pouvoir croire. De plus en plus on est dans cette optique-là en comportement du consommateur où on parle de co-production, donc il y a l'entreprise qui va produire un bien ou un service et le consommateur qui va y apporter sa touche... Ça permet au consommateur de se sentir impliqué, donc il y a un rapport à la nature qui va se créer. »

Le Maraîcher urbain souhaite éventuellement étendre la distribution de ses pousses vivantes dans toute la région.

Abitibi–Témiscamingue

Alimentation