•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des députés fédéraux vont se pencher sur la crise des médias locaux

Il y aurait de la place pour une autre publication dans le Bas-Saint-Larent.

Il y aurait de la place pour une autre publication dans le Bas-Saint-Larent.

Photo : ICI Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un comité parlementaire est sur le point de s'attaquer à un problème qui frustre le gouvernement fédéral depuis des décennies : comment soutenir les médias locaux et s'assurer que les citoyens aient accès à du contenu canadien?

Les députés siégeant au Comité permanent du patrimoine canadien se lancent dans une étude majeure sur la façon dont les Canadiens obtiennent leur information sur leur communauté et leur région, l'impact de la concentration des médias et la façon dont l'espace numérique se fraie une place dans tout cela.

Ils occuperont au moins 10 rencontres à écouter des témoins du monde des médias numériques, de l'écrit, de la radio et de la télé, ainsi que d'autres institutions culturelles.

Une autre série de fermetures de salles de nouvelles et les ennuis financiers de grands médias canadiens ont créé de l'intérêt envers la façon dont les législateurs peuvent aider le journalisme canadien à survivre.

La présidente du Comité, la députée libérale Hedy Fry, affirme qu'elle a bon espoir que le Comité stimule des actions définitives, même si les études parlementaires similaires sur le sujet sont assez nombreuses pour remplir une étagère.

Le porte-parole du NPD en matière de patrimoine canadien, Pierre Nantel, accueille favorablement l'étude, et est d'avis qu'il sera particulièrement important de voir comment les minorités linguistiques sont servies par les médias canadiens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !