•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des VTT au centre-ville de Bathurst

VTT en ville

Le reportage de François Vigneault

Photo : JERONIMO NISA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Fédération des véhicules tout-terrains du Nouveau-Brunswick est arrivée à convaincre la Ville de Bathurst de permettre le passage de véhicules tout-terrain au centre-ville, une décision qu'elle qualifie de « grand pas ». La décision devra toutefois être entérinée par le gouvernement provincial.

Le club VTT Chaleur regroupe des membres de deux régions distinctes qui ne sont pas reliées par des sentiers. Il envisageait divers scénarios pour corriger ce problème, dont un qui aurait fait faire un détour d'une centaine de kilomètres à ses membres, comparativement au trajet le plus court, qui passe par le centre-ville et ne fait que 15 km.

Maintenant que la Ville de Bathurst a ouvert la porte de son centre-ville aux VTT, il reste à déterminer les rues précises qui seront empruntées, a déclaré Jacques Ouellette, coordonnateur du développement de l'industrie du VTT à la Fédération des véhicules tout-terrain du N.-B, à l'émission de radio Le Réveil du N.-B. d'ICI Acadie.

Les rues trop achalandées seront évitées pour des raisons de sécurité, de même que les rues trop résidentielles, pour ne pas incommoder les résidents, précise-t-il.

Une activité qui a beaucoup évolué

Jacques Ouellette, coordonnateur du développement de l'industrie des VTT à la Fédération des véhicules tout-terrains du N.-B.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Ouellette, coordonnateur du développement de l'industrie des VTT à la Fédération des véhicules tout-terrains du N.-B.

Photo : Ici Radio-Canada/François Vigneault

À ces résidents, justement, qui voient d'un mauvais oeil l'arrivée des VTT dans le paysage, il fait remarquer que l'activité a beaucoup évolué.

Ce que beaucoup de gens ont tendance à faire, c'est de décrire le VTT selon ce qu'il a été 15, 20 ans passés. Y'avait pas de structure, pas autant de clubs fédérés. La Fédération [...] prend de la maturité, les clubs aussi [...] et ce qui est important de constater, c'est que 70 % de nos membres [...] sont âgés entre 40 et 65 ans.

Une citation de :Jacques Ouellette, Fédération des véhicules tout-terrains du N.-B.

L'évolution a aussi touché les engins qui se font plus gros, plus visibles et qui sont bien souvent équipés de clignotants et de klaxons, comme les voitures. « Ces véhicules-là sont aussi considérés comme des véhicules motorisés, ils sont immatriculés, les gens ont une assurance dessus », ajoute M. Ouellette.

À Bathurst, ils rouleront dans la même voie que les autres véhicules plutôt que sur l'accotement, comme cela se fait déjà à Edmundston. Des arrêtés municipaux seront adoptés par la Ville de Bathurst pour clarifier la place des uns et des autres.

De grandes retombées économiques

Jacques Ouellette souhaite que cette petite victoire à Bathurst soit le prélude à la création d'un réseau véritablement provincial de sentiers de VTT.

C'est toute la province qui y gagnerait, selon lui, puisque l'industrie des VTT génère déjà des retombées économiques appréciables, de l'ordre de 50 millions $ par année, selon lui. « Le client type [...], il est fortuné, il est bien nanti, il a pas mal d'argent à dépenser. »

Le N.-B. ne fait pas le plein de ces touristes fortunés de l'extérieur, dit-il, en l'absence d'un réseau de sentiers complet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie