•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les lettres et les sciences humaines n'ont plus la cote dans les universités des Maritimes

Université de Moncton

Le campus de Moncton

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Demandez à un étudiant d'une université des Maritimes qui est Karl Marx et il y a fort à parier qu'il ne sera pas en mesure de répondre, d'après Molly Labenski.

La jeune femme est étudiante de quatrième année au programme d'anglais de l'Université Acadia, à Wolfville, en Nouvelle-Écosse.

Elle fait partie d'une cohorte de plus en plus petite d'étudiants inscrits aux programmes de lettres et de sciences humaines dans les universités des Maritimes.

Le nombre d'étudiants inscrits dans ces programmes a diminué de 45 % depuis 10 ans.

L'enseignement des sciences humaines, qui englobent les études littéraires, les langues, l'histoire et la philosophie, était à une certaine époque au coeur de la mission de plusieurs universités dans les Maritimes.

Molly Labenski est étudiante de 4e année au programme d'anglais de l'Université Acadia de Wolfville.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Molly Labenski est étudiante de 4e année au programme d'anglais de l'Université Acadia de Wolfville.

Photo : CBC

Molly Labenski s'inscrit dans cette tradition. Elle a suivi des cours de philosophie, de sociologie, de français et même de biologie, pour obtenir une éducation plus diversifiée.

« [On apprend] à se forger ses propres opinions et à organiser sa pensée de façon claire et concise », explique-t-elle, à propos d'une éducation en littérature et sciences humaines.

Des changements à l'offre de programmes

Le déclin des inscriptions dans ces programmes a mené à des changements dans l'offre des universités. L'Université Mount Saint-Vincent à Halifax, par exemple, a abandonné son programme de linguistique et ses cours d'allemand.

À l'Université du Cap-Breton, le nombre de classes pour certains cours a diminué et des programmes au complet pourraient disparaître, selon Dale Keefe, vice-recteur responsable des programmes, si les inscriptions continuent de chuter.

À l'Université de Moncton, le Sénat académique a rejeté, en 2014, un rapport qui recommandait l'abolition de huit programmes d'études, dont les spécialisations en économie, en sociologie et en enseignement des arts visuels, ainsi que la maîtrise de français. Le vote avait toutefois été serré : 20 contre 17.

Les arts, les lettres et les sciences humaines : inutiles?

Des responsables de programmes affirment entendre régulièrement dire, par des jeunes qui s'inscrivent pour la première fois à l'université ou par leurs parents, que les lettres et les sciences humaines sont inutiles et ne permettent pas de décrocher un emploi.

Jeff Hennessey croit que les lettres et sciences humaines donnent aux étudiants une culture générale qui les servira tout au long de leur carrière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jeff Hennessey croit que les lettres et sciences humaines donnent aux étudiants une culture générale qui les servira tout au long de leur carrière.

Photo : CBC

Il s'agit d'un message pernicieux, selon Jeff Hennessey, doyen par intérim de la faculté des arts de l'Université Acadia. Il affirme que les étudiants auront de meilleures chances de succès dans leur vie future s'ils étudient dans un domaine qui les passionne.

La solution, d'après lui, ne consiste pas à offrir des formations taillées sur mesure pour les besoins du marché du travail. Il est préférable de donner une formation générale aux jeunes pour qu'ils puissent s'adapter facilement aux changements du marché tout au long de leur carrière, dit-il.

Il donne l'exemple du Cabinet de Justin Trudeau : près de la moitié des ministres sont détenteurs d'un baccalauréat ès arts.

« Il faut savoir écrire efficacement, il faut savoir diriger [...] Je pense que les futurs leaders seront des gens qui auront ces habiletés et ce type d'éducation », conclut-il.

D'après un reportage d'Elizabeth McMillan, CBC

Avec les informations de CBC

Acadie

Éducation