•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Fransaskois prennent la relève en l'absence d'archiviste francophone

Alice Gaudet reçoit et classe les documents personnels des Fransaskois de la région depuis 12 ans
Alice Gaudet reçoit et classe les documents personnels des Fransaskois de la région depuis 12 ans
Radio-Canada

En l'absence d'archiviste provincial francophone depuis 1990, Saint-Isidore de Bellevue a mis sur pied un comité d'archives. Depuis 15 ans, la Fransaskoise Alice Gaudet donne bénévolement de son temps au Comité des archives de la municipalité.

Bellevue est l'une des seules communautés francophones de la province qui tente de conserver ses archives locales. Alice Gaudet explique que ce travail exige de parler aux aînés, de conserver et de classer d'anciens documents.

« On sait par le passé que c'est facile de raconter une histoire, l'histoire des fois change de bouche à oreille, alors si on a des archives, c'est comme ça qu'on dit la vraie histoire », ajoute-t-elle. Au-delà du classement, son travail consiste surtout à sensibiliser ses concitoyens.

Je fais du bénévolat à ranger les archives, mais aussi à faire de la promotion et de l'éducation aux gens

Alice Gaudet, Comité des archives de Saint-Isidore de Bellevue

Alice Gaudet croit que l'identité d'une nouvelle génération passe par l'histoire. Elle espère collaborer avec les archives provinciales pour rendre le fruit de son travail accessible à tous.

« C'est bien beau les envoyer [les enfants] dans les écoles francophones et leur dire : ''c'est ça votre culture'', mais je pense que c'est un petit peu plus que ça, c'est qu'ils développent une fierté, un sens de soi, une ouverture, une valeur », fait-elle valoir.

L'historien amateur fransaskois Laurier Gareau dénonce l'absence d'un francophone aux archives provinciales. Cela pose un problème de compréhension, de collecte et de convervation des documents, selon lui.

« On faisait beaucoup de travail de outreach au sein de la communauté où on allait parler à des pionniers pour récupérer leurs documents. Je crains que beaucoup de documents sont perdus parce que personne n'est là pour les récupérer », explique-t-il.

Les archives provinciales disent travailler présentement avec la Société historique de la Saskatchewan pour débloquer des fonds et avoir un archiviste bilingue.

D'après un reportage de Nahila Bendali

Saskatchewan

Société