•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le couperet tombe encore chez Bell Helicopter : 200 autres emplois supprimés

Bell Helicopter Textron à Mirabel, au Québec.

Bell Helicopter Textron à Mirabel, au Québec.

Photo : Google

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.


Les mauvaises nouvelles s'accumulent à l'usine de Bell Helicopter à Mirabel, dans les Laurentides, où une nouvelle vague de compressions enverra 200 travailleurs au chômage.

La filiale de Textron dit n'avoir d'autre choix que de réduire sa cadence de production en raison du ralentissement qui touche le secteur aéronautique.

« Il y a une baisse du nombre d'appareils que l'on prévoyait fabriquer, a expliqué la responsable des communications chez Bell Helicopter, Lucie Tessier. Il faut ajuster notre calendrier de production. »

La nouvelle coupe s'ajoute à la cinquantaine de personnes qui ont quitté au cours des dernières semaines le secteur de la production d'hélicoptères.

Cette fois-ci, les réductions d'effectifs seront réparties également entre l'administration et l'usine, a précisé Mme Tessier au cours d'un entretien téléphonique.

Elle n'a toutefois pas été en mesure de fournir des données concernant le nombre de commandes afin de mesurer précisément l'ampleur du ralentissement constaté à Mirabel.

Des départs volontaires seront offerts jusqu'à la fin du mois, ce qui pourrait atténuer l'ampleur des licenciements.

« Certains employés pourront manifester leur intérêt, a-t-elle dit. Le processus sera complété d'ici la fin du mois et les départs devraient débuter dès le début du mois de mars. »

Au printemps dernier, quelque 300 travailleurs avaient perdu leur emploi à Mirabel dans le cadre d'une restructuration ayant touché près de 1100 employés de la société mère Textron à travers le monde.

Cela s'ajoutait aux 150 départs de juin 2014.

Près de 1000 personnes, par rapport à environ 2000 il y a cinq ans, travailleront à l'usine de Mirabel après les licenciements.

Plus tôt ce mois-ci, le président de Bell Helicopter Canada, Raymond Leduc, avait quitté l'entreprise après avoir occupé ce poste pendant un peu plus d'un an. Il a été remplacé par Cynthia Garneau, qui a gravi les échelons au sein de la société depuis son arrivée, en 2004.

À Québec, le ministre de l'Emploi, François Blais, a affirmé que des pertes d'emplois représentaient toujours de « mauvaises nouvelles », sans toutefois s'avancer sur la possibilité d'une aide gouvernementale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !