•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les évêques albertains dénoncent le suicide assisté

L'aide médicale à mourir

La question de l'aide médicale à mourir, la position des évêques catholiques de l'Alberta.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les évêques catholiques de l'Alberta qualifient l'aide médicale à mourir d'« erreur morale », dans une déclaration publiée jeudi, à l'occasion de la 24e Journée mondiale du malade.

Ils reviennent à la charge alors qu'approche le 6 juin 2016, la date butoir donnée par la Cour suprême à Ottawa et aux provinces pour modifier leurs lois afin de se conformer au jugement qui a statué, en février 2015, que l'interdiction du suicide assisté est inconstitutionnelle.

Les évêques albertains plaident pour le respect de la liberté de conscience. Ils demandent que les médecins et les hôpitaux aient l'autorisation de ne pas participer à l'aide médicale à mourir s'ils ne le souhaitent pas. Ils affirment par ailleurs que les patients devraient pouvoir choisir des médecins et des hôpitaux qui se limitent à la pratique médicale sans participer à ce qu'ils appellent « une tuerie parrainée par l'état ».

Personnes vulnérables

Les évêques s'inquiètent particulièrement pour les personnes vulnérables, dont les aînés, ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale et les personnes handicapées. Ils croient que la légalisation de l'aide médicale à mourir met leur vie en danger.

« Nous sommes convaincus que des soins palliatifs excellents, qui excluent le suicide assisté et l'euthanasie, représentent le moyen éthique de s'assurer que les Albertains peuvent mourir d'une manière qui respecte la vraie dignité humaine », écrivent les évêques.

Consultation souhaitée

Les évêques pressent le gouvernement provincial de lancer une consultation ouverte à quiconque veut donner son point de vue sur le suicide assisté.

La déclaration épiscopale a été signée par :

  • Richard Smith, archevêque d'Edmonton, 
  • Gregory J. Bittman, auxiliaire de l'archevêque d'Edmonton
  • David Motiuk, évêque de l'éparchie ukrainienne d'Edmonton, 
  • Frederick Henry, évêque de Calgary,
  • Gerard Pettipas, archevêque de Grouard-McLennan,
  • et Paul Terrio, évêque de Saint-Paul

Jeudi, monseigneur Richard Smith a défendu la position des évêques lors d'une conférence de presse au quartier général de l'archidiocèse. Il était entouré du géographe, écrivain et chercheur Austin Mardon, de l'urgentologue Matthew Meeuwissen, de la néphrologue Magdalene Michalska et de Mark Pickup, avocat des patients atteints de maladies qui menacent leur vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !