•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le polo sur neige retourne à Tremblant fin février

International de polo sur neige Tremblant 2015

International de polo sur neige Tremblant 2015

Photo : International de polo sur neige Tremblant 2015

Radio-Canada

Si Saint-Moritz, en Suisse, organise chaque année, depuis 30 ans, un tournoi de polo sur neige, pourquoi pas Mont-Tremblant au Québec?

Un texte de Philippe CrépeauTwitterCourriel

La première édition de la compétition Polo sur neige Tremblant International eu lieu en 2015. 

« On joue principalement au polo sur neige à Toronto, explique Marc Perreault, un des cofondateurs de l'évènement. Alors, nous, au Québec, comme on joue moins en hiver, on s'est dit que ce serait intéressant de faire un tournoi comme à Saint-Moritz, sur le lac Tremblant, au pied des pentes. C'est incroyable. »

Les organisateurs ont présenté les grandes lignes du tournoi de 2016, mercredi, à Montréal.

Pour la deuxième édition, les organisateurs ont remanié la formule. Elle est encore plus internationale.

Les chandails des joueurs des équipes de Polo sur neige Tremblant International 2016

Les chandails des joueurs des équipes de l'International de polo sur neige Tremblant

Photo : Société Radio-Canada

« L'année dernière, on a tenté l'expérience à Mont-Tremblant, et on s'attendait à avoir de 300 à 400 personnes. Finalement, 3000 personnes ont assisté aux matchs, explique M. Perreault. J'étais capitaine d'Équipe Canada, et on a gagné. »

« Cette fois, on a lancé des défis à l'international, précise-t-il. Il y aura quatre équipes composées de joueurs venant de partout à travers le monde. »

Différent du polo d'été

Le polo sur neige n'est pas tout à fait pareil au polo traditionnel. Le terrain est deux fois plus petit (100 x 400 m) en hiver, et il y a trois joueurs par équipe au lieu de quatre.

« On a 4 chevaux pour jouer 4 périodes de 7 minutes chacune, explique M. Perreault. Et il y a 3 joueurs par équipe sur un terrain grand comme 3 terrains de football. Pendant ces 7 minutes, les chevaux sont à fond, car comme au hockey, c'est le premier qui touche à la balle qui a l'avantage. À 3 contre 3, ça donne plus de chance d'aller plus vite et d'échanger la balle. »

Les cavaliers ont quatre minutes entre les périodes pour changer de monture.

« On joue par toutes les températures, faudrait qu'il fasse tempête [pour ne pas jouer], précise M. Perreault. On joue même quand il fait très froid, car les chevaux et nous, on a chaud. On travaille fort, et il faut se garder sur la monture. Faut être en grande forme pour jouer à ce sport. »

Marc Perreault

Marc Perreault, co-fondateur de l'International de polo sur neige Tremblant

Photo : Société Radio-Canada

La compétition a lieu encore cette année dans la baie du lac Tremblant. Il faut donc une bonne couche de glace.

« Le minimum qu'on exige, c'est de 13 à 14 pouces de glace (35 centimètres), dit M. Perreault. En ce moment, on a 15 pouces (38 cm), et on arrose toutes les nuits pour épaissir la glace. On s'attend à avoir 18 pouces de glace (45 cm). »

Une fois l'épaisseur désirée atteinte, la surface sera alors recouverte de neige.

« On joue avec sur une surface de 3 pouces (7 cm) de neige avec des chevaux qui ont des fers et des crampons pour s'assurer qu'ils ne se blessent pas », explique Marc Perreault.

« La sécurité est primordiale. On aime nos chevaux, on a une belle chimie avec eux pour pouvoir jouer à ce sport », conclut-il. 

Polo sur neige Tremblant International se dispute sur trois jours, les 25, 26 et 27 février.

Les demi-finales du vendredi auront lieu de jour, et la finale samedi sera jouée en soirée sous les projecteurs. À l'abri du vent, paraît-il...

Sports équestres

Sports