•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

19-2 diffusée en « québécois » aux 250 millions d'abonnés de TV5MONDE

Claude Legault et Réal Bossé, dans 19-2

Claude Legault et Réal Bossé, dans 19-2

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La télésérie québécoise 19-2 (Nouvelle fenêtre) sera diffusée en version originale sous-titrée en français sur la chaîne TV5MONDE, disponible dans plus de 250 millions de foyers dans le monde.

Les trois saisons de 10 épisodes seront diffusées dès le 30 mars à raison de deux épisodes par soir, sans publicité.

« On va entendre nos voix, on va voir l'effet que ça va produire », s'enthousiasme le comédien Réal Bossé (le policier Nick Berrof) au sujet de cette diffusion en version originale.

Créée par les comédiens Claude Legault et Réal Bossé et réalisée par Podz, 19-2 nous plonge dans le quotidien de policiers fictifs qui vivent des situations réelles. Au Québec, la télésérie a été regardée en moyenne par 1,4 million de téléspectateurs de 2011 à 2015. Réal Bossé, Claude Legault, Joanne Arseneau, Danielle Dansereau et Martin Forget ont écrit tous les épisodes.

Réal Bossé se trouvait en France pour la présenter auprès de journalistes français dans les bureaux de TV5MONDE à Paris.

Exporter une nouvelle façon d'écrire

Contrairement à la chanson et à l'humour, la télé québécoise s'exporte peu. Réal Bossé croit « qu'il faut exporter des auteurs, une façon d'écrire ».

Le comédien et coauteur de 19-2 a notamment été influencé par les séries américaines 24 (24 heures chrono) et Six Feet Under (Six pieds sous terre).

« 24 pour sa structure. Il n'y aura plus d'intro et d'extro de scène. On prend la scène où elle est et on demande au spectateur de coudre les morceaux. Sur Six Feet Under, [...] on ne dit plus notre CV comme personnage, on n'est plus en train de parler des banalités, ou on dit des banalités, mais on en pense autre chose, les personnages gardent des secrets. »

— Une citation de  Réal Bossé
Réal BosséAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Réal Bossé

Photo : Radio-Canada

Selon Réal Bossé, l'écriture de séries télé québécoises doit changer : « On ne peut plus écrire une série tout seul. Un seul cerveau qui se tape ces belles intrigues-là, on va manquer de matériel. On ne peut pas se battre contre un pool d'auteurs de sept personnes qui écrivent à tour de bras comme des déchaînés, alors que tu écris tout seul dans ton salon, ce n'est pas possible. »

Les séries doivent être « denses et compressées pour qu'on ait du plaisir à regarder ça », affirme-t-il.

L'universalité de 19-2

Comment une série québécoise passera-t-elle le test de la diffusion auprès d'un public francophone hors Canada? Réal Bossé croit que l'intrigue de 19-2 est universelle, que le public mondial est habitué de voir des policiers dans des séries.

« Maintenant, c'est dans l'action que ça va se passer. On veut que les spectateurs soient dans les souliers des policiers, dans leur voiture, dans leur vie de tous les jours. »

— Une citation de  Réal Bossé

Il n'est pas inquiet de l'accueil que réserveront les téléspectateurs européens à la série. Lors d'un visionnement test, le public a réagi aux bons endroits de la série. « Les images sont assez fortes pour promouvoir l'idée de cette série dans le monde entier. »

Et les sous-titres rassureront le public.

La prochaine étape de 19-2, le cinéma?

Avec le réalisateur Podz, Réal Bossé a discuté de la possibilité de créer un film d'après la série. « Il y a une possibilité de deuxième vie, même si la série se conclut très bien », explique l'acteur.

Pour l'instant, il travaille sur un projet pour lequel il aimerait coécrire avec des scénaristes français et, qui sait, inviter une équipe française à tourner au Québec.

De toute manière, la présence des services de télévision en flux continu comme Netflix et Amazon a changé la donne : « Il va falloir qu'on commence à se parler entre nous, au lieu de s'envoyer des trucs par Netflix interposé, on pourrait en créer des choses comme ça. »

Avec les informations de Jean-François Bélanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !