•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau directeur général d'Ottawa ne parle pas français

Steve Kanellakos, directeur général de la Ville d'Ottawa

Steve Kanellakos, directeur général de la Ville d'Ottawa

Photo : Ici Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sélection de Steve Kanellakos au poste de directeur général de la Ville d'Ottawa est plutôt mal accueillie dans la communauté francophone. L'ancien directeur municipal adjoint de la municipalité a toutes les compétences requises pour son travail, sauf une : il ne parle pas français.

Le principal intéressé promet toutefois de rafraîchir ses connaissances.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, reconnaît qu'il faudra faire mieux au sujet du bilinguisme dans les divers postes de la haute direction. Il rappelle toutefois que Steve Kanellakos a promis de reprendre les cours de français dès son arrivée en poste, le 2 mai prochain.

Steve Kanellakos a été directeur municipal adjoint pendant plusieurs années. Il était bien apprécié autant par les élus que par ses pairs dans la fonction publique municipale.

Bien qu'il répondait aux exigences de bilinguisme lorsqu'il a obtenu ce poste dans la haute direction, il y a plus de six ans, M. Kanellakos n'a pas été en mesure de répondre à nos questions en français lundi, à l'annonce de sa nomination.

L'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO) trouve déplorable qu'après le vaste processus de sélection, la Ville n'ait pas trouvé une personne bilingue pour devenir le plus haut fonctionnaire municipal.

Selon eux, cela montre les limites de la politique de bilinguisme officiel de la Ville et démontre la nécessité d'avoir une capitale officiellement et légalement bilingue.

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) abonde dans le même sens.

Le président, Denis Vaillancourt, trouve difficile à comprendre qu'on n'ait pas assuré une relève bilingue compétente pour assurer ces postes de la haute direction. La politique de bilinguisme a pourtant été adoptée en 2001, tout de suite après la fusion de la nouvelle ville d'Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !